Publicité

Le leader indépendantiste catalan Carles Puigdemont arrêté en Italie

L'indépendantiste catalan Carles Puigdemont s'est exilé en Belgique en 2017. Le gouvernement espagnol souhaite qu'il soit jugé en Espagne pour les faits qui lui sont reprochés. ©SZ Photo

Poursuivi en Espagne pour sédition et accusé de détournements de fonds publics, l'ancien président indépendantiste catalan Carles Puigdemont a été arrêté à son arrivée en Sardaigne.

L'ex-président indépendantiste catalan Carles Puigdemont, en exil en Belgique depuis 2017 après la tentative de sécession de la Catalogne, a été arrêté jeudi en Italie, a annoncé son avocat. Son interpellation a eu lieu sur la base d'un mandat d'arrêt européen.

M. Puigdemont a été appréhendé "à son arrivée en Sardaigne, où il se rendait en tant qu'eurodéputé", a précisé son avocat sur Twitter. Il est poursuivi pour "sédition" et est accusé de "détournements de fonds publics".

"À son arrivée à l'aéroport d'Alghero, il a été arrêté par la police aux frontières italienne. Demain, le président sera présenté aux juges de la cour d'appel de Sassari, qui est compétente pour décider de sa libération ou de son extradition", a précisé son chef de cabinet.

Levée de son immunité parlementaire

Le Parlement européen avait levé le 9 mars l'immunité parlementaire de M. Puigdemont et de deux autres eurodéputés indépendantistes, une mesure confirmée le 30 juillet par le tribunal de l'Union européenne.

"Nous sommes prêts à soumettre une nouvelle demande à la Cour européenne pour réaffirmer son immunité parlementaire à titre provisoire."
Simon Bekaert
Avocat belge de Puigdemont

Son avocat belge, Simon Bekaert, a, lui, réagi en affirmant qu'il souhaitait que l'immunité de M. Puigdemont soit réaffirmée devant la Cour de justice de l'Union européenne à titre de mesure provisoire. "Nous sommes prêts à soumettre une nouvelle demande à la Cour européenne pour réaffirmer son immunité parlementaire à titre provisoire. Dans le cas où les autorités italiennes ne le laissent pas partir volontairement", a déclaré vendredi matin Simon Bekaert.

Exilé en Belgique depuis la tentative de sécession de 2017 afin d'échapper aux poursuites de la justice espagnole, Carles Puigdemont n'a pas bénéficié de la grâce accordée fin juin aux neuf indépendantistes incarcérés en Espagne. Le gouvernement espagnol du socialiste Pedro Sánchez souhaite toujours qu'il soit jugé en Espagne.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés