Le pape achève sa tournée au Proche-Orient

Le pape François et le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas. ©AFP

Le pape François achève ce lundi sa tournée de trois jours au Proche-Orient par une série de rendez-vous politiques et religieux à Jérusalem

Le souverain pontife a multiplié ces dernières heures les appels en faveur de la paix dans cette région marquée par les conflits.

François a invité Mahmoud Abbas, président de l'Autorité palestinienne, et le président israélien Shimon Peres à venir prier avec lui pour la paix début juin au Vatican, une invitation acceptée par les deux hommes.

Au risque de froisser les dirigeants israéliens, il a effectué une halte surprise face au mur de béton honni par les Palestiniens qui sépare Bethléem de Jérusalem, où il a prié en silence sous les yeux d'un enfant tenant un drapeau palestinien, un geste qui restera sans doute comme l'un des plus emblématiques de son premier déplacement dans la région.

Le pape doit rencontrer lundi à la fois Shimon Peres, dont la fonction est essentiellement honorifique, et le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu. Auparavant, il se sera rendu au mémorial de Yad Vashem, où sont honorés les six millions de juifs exterminés par les nazis durant la Seconde Guerre mondiale.

S'exprimant quelques instants après son arrivée en Israël dimanche, François a déclaré que "l'Holocauste est un symbole tenace des profondeurs que peut atteindre la méchanceté de l'homme", ajoutant: "Je prie Dieu pour que plus jamais ne se produise un tel crime."

Recueillement sur la tombe de Herzl

Le souverain pontife devrait ravir ses hôtes en déposant une gerbe sur la tombe de Theodor Herzl, considéré comme le père du sionisme moderne ayant abouti à la création d'Israël.

L'Eglise catholique s'était initialement opposée à la création d'un Etat juif et les autres papes venus à Jérusalem depuis un demi-siècle ne se sont pas rendus sur cette tombe.

"Nous louons et apprécions votre décision de déposer une gerbe sur la tombe de Binyamin Zev Herzl", a dit Benjamin Netanyahu dimanche, en désignant Theodor Herzl par son nom hébreu.

François va célébrer une messe dans la salle du Cénacle, lieu situé juste à l'extérieur des murs de la Vieille Ville où, selon la tradition chrétienne, se serait déroulée la Cène, dernier repas de Jésus avec ses apôtres.

Elle se situe juste au-dessus d'un site que certains juifs désignent comme le tombeau du roi David. Des manifestants qui soupçonnent les autorités israéliennes de vouloir céder le

Cénacle au Vatican s'y sont rassemblés à plusieurs reprises ces dernières semaines. La police y a arrêté 26 personnes dimanche lors d'une manifestation houleuse.

Mur des Lamentations

Le pape François s'est recueilli lundi devant le Mur des Lamentations dans la vieille ville de Jérusalem où il a glissé un message dans les interstices des pierres du lieu le plus saint du judaïsme.

Le pape argentin, qui s'est approché seul du Mur, y a posé une main durant plusieurs minutes de silence. Puis il a ouvert une enveloppe blanche, a déplié une feuille où se trouvait écrit un court message, qu'il a lu devant le mur, hors micros. Selon la radio publique israélienne, il y est écrit: "Je suis venu ici pour prier Dieu afin qu'il fasse régner la paix".

Le pape a ensuite embrassé fraternellement le rabbin Abraham Skorka et le professeur musulman Omar Abboud, tous deux de proches amis argentins de Buenos Aires qui l'accompagnent durant le voyage en Terre Sainte. Une courte séquence montre les trois hommes représentant les trois relations monothéistes et quelque 3 milliards de fidèles, se tenant ensemble affectueusement par les bras.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés