Le prix Sakharov est décerné à l'opposition biélorusse

Le prix Sakharov récompense, notamment, la figure de proue de l'opposition, Svetlana Tikhanovskaïa. ©ZUMA Press

Le Parlement européen a décerné son prestigieux prix Sakharov pour la liberté de l'esprit à l'opposition biélorusse.

Le Parlement européen a décerné ce jeudi son prix Sakharov pour la liberté de l'esprit à l'opposition biélorusse, qui mène depuis août la lutte contre le président contesté, Alexandre Loukachenko.

Ce prix récompense la figure de proue de l'opposition, Svetlana Tikhanovskaïa, en exil en Lituanie, épouse du bloggueur Sergeï Tikhanovski, emprisonné en Biélorussie. Le prix s'adresse aussi aux opposantes Veronika Tsepkalo, en exil, Maria Kolesnikova, arrêtée par le KGB, et la prix Nobel Svetlana Aleksievitch, écrivaine renommée.

"Ils ont de leur côté une chose que la force brutale ne pourra jamais vaincre: la vérité. N'abandonnez pas votre combat. Nous sommes à vos côtés", a déclaré le président du Parlement européen.

"Ce n'est pas ma récompense personnelle, c'est une récompense pour le peuple biélorusse", a réagi Svetlana Tikhanovskaïa. "Je ne serais personne sans le peuple bélarusse. Et de la même façon s'il n'y avait pas de leader, le peuple biléorusse ne serait pas capable de s'unir pour continuer la lutte"

"Ce n'est pas ma récompense personnelle, c'est une récompense pour le peuple biélorusse."
Svetlana Tikhanovskaïa
Dirigeante d'opposition biélorusse

Ces femmes, à la tête de la révolte, sont accompagnées de personnalités issues de la sphère politique et de la société civile. Alès Bialiatski, fondateur de l’organisation biélorusse de défense des droits de l’homme "Viasna", Siarhei Dyleuski, Stsiapan Putsila, fondateur de la chaîne Telegram NEXTA, et Mikalaï Statkiévitch, prisonnier politique et candidat à l’élection présidentielle de 2010.

"Malgré la répression violente sans précédent du régime de Loukachenko, les arrestations et même la torture et le viol, des milliers de femmes courageuses continuent de descendre dans la rue chaque week-end pour exprimer leurs revendications démocratiques légitimes. Ils ont tous notre plus grand soutien et notre admiration", a dit Kati Piri, la vice-présidente du S&D.

Une violente répression

Svetlana Tikhanovskaïa est professeure d'anglais, militante des droits de l’homme, et politicienne. Après l’arrestation de son mari, elle s’est présentée à l’élection présidentielle biélorusse du 9 août 2020 en tant que candidat principal de l’opposition. Alexandre Loukachenko fut déclaré officiellement gagnant. Les élections, entachées de fraude électorale à grande échelle, sont contestées par l'opposition. Svetlana Tikhanovskaïa réclama un recomptage des voix, mais elle fut forcée de fuir le pays, de peur d'être emprisonnée.

"Malgré la répression violente sans précédent du régime de Loukachenko, les arrestations et même la torture et le viol, des milliers de femmes courageuses continuent de descendre dans la rue chaque week-end."
Kati Piri
Vice-présidente du groupe S&D au Parlement européen

De puis lors, des dizaines de milliers de biélorusse manifestent régulièrement à Minsk et dans les villes du pays pour réclamer le départ d'Alexandre Loukachenko. La police d'Etat et le KGB, responsables d'enlèvements et de tortures, mènent une répression des plus violentes. Plus de 12.000 ont été arrêtés et 500 cas de tortures ont été rapportés par les ONG Viesna et Amnesty International.

Ni l'Union européenne ni les Etats-Unis ne reconnaissent Loukachenko comme président de Biélorussie. Seule la Russie, qui entend conserver ce pays dans sa sphère, soutient encore le dictateur.

Un prix en faveur des droits de l'homme

Les nominations pour le prix Sakharov sont suggérées par les groupes politiques au Parlement européen. L'opposition biélorusse était proposée par les trois partis de la majorité, démocrates-chrétiens (PPE), socialistes (S&D) et libéraux (Renew Europe).

Le prix, du nom du dissident soviétique Andreï Sakharov, est décerné chaque année depuis 1988 par le Parlement européen aux personnes, groupes ou organisations ayant apporté une "contribution exceptionnelle à la défense de la liberté de pensée". Doté de 50.000 euros, il est la plus haute distinction accordée par l’UE aux actions menées en faveur des droits de l’homme.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés