Le Royaume-Uni tout près du retour à la normale

"Lundi prochain, j'irai moi-même dans un pub pour porter une pinte de bière à mes lèvres", s'est enthousiasmé le Premier ministre britannique Boris Johnson. ©REUTERS

Le Premier ministre britannique confirme la levée d'une grande partie des restrictions à partir du 12 avril. Un grand flou demeure sur les déplacements internationaux.

Magasins, salles de gym, piscines, bibliothèques, salons de beauté, restaurants et bars extérieurs... Ce n'est pas encore tout à fait le retour à la normale, attendu depuis plus d'un an, mais au Royaume-Uni, la réouverture de la majeure partie des lieux publics et des commerces, lundi 12 avril, est présentée comme "irréversible".

La réouverture des écoles et le retour d'une partie des salariés sur leurs lieux de travail, il y a un mois, ont déjà permis d'accélérer la circulation de l'oxygène dans les poumons d'une économie à bout de souffle. Les parcs publics ont vu des équipes de sport collectif se reformer, et les membres de deux foyers différents avoir le droit de se rassembler dans leurs jardins. 4.000 supporters auront le droit d'assister à la demi-finale de FA Cup entre Leicester et Southampton dans deux semaines, dans un stade de Wembley dont 86.000 places resteront encore vides.

"Lundi prochain, j'irai moi-même dans un pub pour porter une pinte de bière à mes lèvres", s'est enthousiasmé Boris Johnson, au cours d'une conférence de presse vouée à imprimer l'idée que la campagne de vaccination fonctionnait exactement comme il l'avait annoncé, dès le début du mois de décembre.

"Nous ne connaissons pas encore le niveau de résistance du bouclier vaccinal en cas d'augmentation des cas."
Chris Witty
Chief medical officer

Le nombre de décès quotidien continue de reculer - 15 morts en moyenne chaque jour sur les trois derniers jours - contre plus de 1.000 morts en moyenne chaque jour il y a seulement deux mois. Plusieurs mois de confinement strict ont bien sûr fait leur effet. Mais les études indiquent aussi clairement que les vaccins AztraZeneca et Pfizer ont réduit le risque d'infection de 60% et le risque d'hospitalisation de 80%.

Deux tests par semaine par adulte

Alors que 47% de la population adulte a reçu au moins une dose, dont 99% des catégories de population les plus à risque de décès, l'effort doit être soutenu. "Nous ne connaissons pas encore le niveau de résistance du bouclier vaccinal en cas d'augmentation des cas", a affirmé le chief medical officer Chris Whitty. Chaque adulte est désormais invité à se faire tester deux fois par semaine, avec des résultats en moins de 30 minutes, sur le lieu de travail, dans les pharmacies, ou encore à domicile après livraison par la poste.

"Clairement, les contaminations sont à la hausse dans beaucoup d'autres parties du monde, nous devons en être conscients, et nous devons être réalistes."
Boris Johnson
Premier ministre britannique

Le seul élément d'incertitude reste la situation en dehors des frontières. Des précisions étaient attendues sur les déplacements internationaux, dont la reprise est prévue le 17 mai, sans être certaine. "Nous ne voulons pas dépendre de la chance ou sous-estimer les difficultés que nous voyons dans certaines destinations", a freiné Boris Johnson. "Nous ne voulons pas voir le virus réimporté dans ce pays. Clairement, les contaminations sont à la hausse dans beaucoup d'autres parties du monde, nous devons en être conscients, et nous devons être réalistes."

15
décès
Une moyenne de 15 décès est actuellement enregistrée chaque jour au Royaume-Uni, contre près de 1000 il y a deux mois.

Le Premier ministre n'a pas donné d'éléments concrets sur la création de trois listes différentes en fonction des taux de contamination dans les différents pays. Il était question que la France et la Belgique figurent sur une liste rouge il y a encore quelques jours. Cette option a été au minimum repoussée, plus pour des raisons politiques que sanitaires, en sachant que le 17 mai reste une échéance relativement lointaine et que le taux de contamination pourrait baisser sensiblement entre-temps.
Johnson a également ralenti sur les questions relatives à un passeport sanitaire, indiquant que celui-ci ne pourrait être réservé qu'à des événements de masse ou des déplacements internationaux.

Le résumé

  • Au Royaume-Uni, la réouverture de la majeure partie des lieux publics et des commerces, lundi prochain, est présentée comme "irréversible".
  • Le confinement strict et la vaccination font leurs effets.
  • Des précisions sont attendues sur les déplacements internationaux.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés