Le "Trump slovène" recadré au Parlement européen

Le Premier ministre slovène Janez Jansa était entendu au Parlement européen. ©EPA

Le Premier ministre slovène Janez Jansa a été recadré, lors de son passage au Parlement européen à Strasbourg, par les eurodéputés libéraux et écologistes.

Impassible et glacial, le Premier ministre slovène Janez Jansa a présenté mardi à la tribune du Parlement européen les priorités de son gouvernement à la présidence du Conseil de l'Union européenne pour les 6 prochains mois. Sans surprise, il a défendu une présidence axée sur la lutte contre le Covid-19, la relance économique et une politique sécuritaire musclée.

Sa grande priorité sera la relance du processus d'élargissement aux Balkans occidentaux, lors d'un sommet prévu le 6 octobre. Ce dossier n'a pas progressé ces derniers mois, sous présidence portugaise.

"Vous parlez, mais vous n'agissez pas, M. Jansa."
Malik Azmani
Eurodéputé libéral (RE, VVD)

Lors d'un débat avec les eurodéputés, après son intervention, Jansa a été chargé dans les règles par le groupe Renew Europe (libéraux) pour les attaques qu'il mène dans son pays contre la liberté de la presse, l'indépendance des juges et sa proximité avec le clan des dirigeants "illibéraux", dont le Hongrois Viktor Orban.

"J'ai bien peur, M. Jansa, que ce qui se passe chez vous fait que nous ne pouvons pas vraiment vous croire", a lancé le Néerlandais Malik Azmani (RE, VVD). "Vous voulez faire partie d'un sinistre club qui n'apprécie pas la liberté des médias, qui ne supporte pas l'indépendance du judiciaire et qui ne respecte pas le droit des LGBT. La corruption, le népotisme et la fraude semblent faire partie de ce club. Vous parlez, mais vous n'agissez pas, M. Jansa."

"Les campagnes de dénigrement contre les médias ne sont pas les actes que nous attendons d'un gouvernement européen."
Ska Keller
Coprésidente des Verts européens

"Les campagnes de dénigrement contre les médias ne sont pas les actes que nous attendons d'un gouvernement européen", a dit la coprésidente de Verts, Ska Keller (Alliance 90).

Jansa, un pro-Trump surnommé le "Maréchal Twitto" pour sa propension à twitter avec agressivité contre l'opposition et les médias, a conservé un profil bas lors du débat, répondant à peine aux attaques.

Épargné par le PPE

Les députés du PPE (démocrates chrétiens), sa famille politique, l'ont soigneusement épargné, oubliant l'espace d'une matinée le débat en cours sur les valeurs fondamentales de l'Europe.

"J'espère que votre présidence sera couronnée de succès."
Marco Zani
Eurodéputé d'extrême droite (ID, Ligue du Nord)

Janez Jansa, un ancien communiste devenu libéral puis ultraconservateur, pourrait être tenté par les sirènes de l'extrême droite européenne et des ultranationalistes, comme Orban, qui se sont regroupés autour du manifeste pour une "Union des patriotes" lancé par Marine Le Pen. Pour le PPE, ce serait une perte sèche, après le départ d'Orban.

"J'espère que votre présidence sera couronnée de succès", a lâché l'élu d'extrême droite Marco Zani (ID, Ligue du Nord): "il est important de démontrer qu'on peut faire les choses bien en Europe, dans le respect de nos traditions et surtout de nos nations."

Les sociaux-démocrates (S&D), le deuxième parti de la majorité européenne après le PPE, sont restés discrets. Tout au plus ont-ils insisté pour que le Premier ministre slovène "nomme enfin un procureur au bureau du procureur européen". La Slovénie est le dernier pays à ne pas avoir pourvu ce poste.

Des juges et des élus dénigrés

La semaine dernière, en marge de la cérémonie de lancement de la présidence à Ljubljana, Jansa avait fait scandale en exhibant la photo de juges en compagnie d'eurodéputés sociaux-démocrates (S&D). Le leader slovène s'est plaint du passé communiste de certains juges slovènes.

"Arrêtez de harceler les journalistes et les juges. Arrêtez de nommer vos amis dans les forces de police."
Malik Azmani
Europuté libéral (RE, VVD)

Ce geste provocateur avait conduit le vice-président de la Commission, Frans Timmermans (S&D), à boycotter la photo de famille afin de ne pas figurer aux côtés de Jansa.

"Arrêtez de harceler les journalistes et les juges. Arrêtez de nommer vos amis dans les forces de police et nommez votre procureur pour le bureau du procureur européen", a martelé Malik Azmani.

Lors d'une brève conférence de presse, le Premier ministre slovène est resté sur la défensive.

Le résumé

  • Le Premier ministre slovène Janez Jansa a présenté devant le Parlement européen réuni à Strasbourg ses priorités lors des six prochains mois, à la présidence du Conseil de l'Union européenne. Son dossier majeur sera la relance de l'élargissement de l'UE aux Balkans occidentaux.
  • Lors du débat avec les eurodéputés, Janez Jansa a été rappelé à l'ordre par les libéraux de Renew Europe et les Verts pour le traitement réservé dans son pays aux médias et aux juges.
  • Le PPE a soutenu Jansa. Les sociaux-démocrates sont restés discrets, après un incident survenu entre Jansa et le vice-président de la Commission européenne, Frans Timmermans.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés