Publicité

Le tueur présumé du député britannique est le fils d'un ex-conseiller somalien

L'assassinat de David Amess, un parlementaire britannique de 69 ans, secoue le Royaume-Uni depuis vendredi. ©AFP

Un député britannique a été poignardé à plusieurs reprises vendredi. Le suspect est le fils d'un ancien conseiller du Premier ministre somalien.

Les informations continuent de tomber, deux jours après le meurtre du parlementaire britannique qui a plongé le Royaume-Uni dans la stupeur. On sait désormais qu'Ali Harbi Ali, le tueur présumé du député David Amess, est le fils de Harbi Ali Kullane, un ancien conseiller du Premier ministre somalien. C'est ce qu'a indiqué ce dernier au Sunday Times, ce dimanche, confirmant que son fils avait été placé en détention.

"Je me sens traumatisé. Jamais je n'aurais pensé qu'une telle chose arriverait", a réagi Harbi Ali Kullane, précisant avoir reçu la visite de la police Scotland Yard et avoir été en contact avec une unité policière antiterroriste, après la mort du député conservateur.

Les premiers éléments de l'enquête révèlent "une motivation potentielle liée à l'extrémisme islamiste".

David Amess, le parlementaire de 69 ans, membre du parti conservateur de Boris Johnson et ardent défenseur du Brexit, a été poignardé à plusieurs reprises vendredi peu après midi. L'attaque s'est déroulée dans l'église méthodiste dans laquelle il recevait ses administrés pendant une permanence parlementaire à Leigh-on-Sea, à environ 60 km à l'est de Londres. Un homme de 25 ans a été immédiatement arrêté sur place.

Les premiers éléments de l'enquête révèlent "une motivation potentielle liée à l'extrémisme islamiste". Les services de police et de sécurité pensent que l'assaillant a agi seul et qu'il était "autoradicalisé", selon le Sunday Times, qui précise que celui-ci pourrait avoir été inspiré par Al-Shabab, les islamistes liés à Al-Qaïda en Somalie.

Une protection policière pour tous les élus?

Cet assassinat a relancé le débat sur la sécurité des élus au Royaume-Uni. La ministre de l'Intérieur, Priti Patel, a ainsi déclaré, ce dimanche, que les autorités britanniques envisageaient de renforcer les mesures de sécurité pour les parlementaires.

"D'autres options sont envisagées, comme la possibilité d'avoir des officiers ou une sorte de protection lors des réunions avec les électeurs."
Priti Patel
Ministre de l'Intérieur britannique

David Amess est le deuxième député en un peu plus de cinq ans à être assassiné alors qu'il rencontrait des électeurs. En juin 2016, quelques jours avant que la Grande-Bretagne ne vote en faveur de la sortie de l'Union européenne, la députée Jo Cox avait été abattue et poignardée par un militant d’extrême droite à la sortie d'une permanence.

"Le président (de la Chambre des communes, ndlr) a déjà mis en place une série de mesures après (l'attaque de) vendredi, comme nous l'avons fait avec les forces de l'ordre", a déclaré Priti Patel à Sky News, des lacunes devant, selon elle, être comblées. La ministre a ajouté que "dans le cadre de ces mesures, d'autres options sont envisagées, comme la possibilité d'avoir des officiers ou une sorte de protection lors des réunions avec les électeurs."

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés