Le turc, langue officielle de l'UE avec la réunification de Chypre?

Le secrétaire général de l'Otan Antonio Guterres (au centre) avec le président grec chypriote Nicos Anastasiades, (à droite), et le leader turc chypriote Mustafa Akinci (à gauche). ©EPA

L'espoir d'une solution pour Chypre, divisée en deux depuis 1974, est porté par des négociations à Genève. Mais seulement si l'armée turque se retire, selon le président chypriote grec. Hors de question, a rétorqué le président turc Erdogan en personne.

Les pourparlers de paix organisés cette semaine à Genève sous l'égide de l'ONU ont suscité un espoir de parvenir à une solution pour la réunification de Chypre, mais l'armée turque doit se retirer de l'île, a déclaré le président chypriote Nicos Anastasiades, en référence aux quelque 30.000 soldats stationnés au nord de l'île depuis 1974.

"Nous avons tracé une voie qui crée des espoirs en vue d'un accord. Mais notre position reste (..) le retrait de l'armée turque".
Nicos Anastasiades
Président chypriote

Mais le président turc Recep Tayyip Erdogan a immédiatement réagi en déclarant qu'il était "hors de question" de retirer toutes les troupes turques de Chypre.

L'armée turque avait débarqué en 1974 sur les côtes nord de l'île à la suite d'un coup d'Etat de Chypriotes grecs qui visait à rattacher le pays à la "Grèce des colonels" et suscitait une vive inquiétude de la minorité chypriote turque.

Depuis, Chypre, qui compte environ 1 million d'habitants, est divisée entre la République de Chypre (dont l'autorité ne s'exerce que sur la partie sud de l'île), membre de l'Union européenne depuis 2004, et la République turque de Chypre du Nord (RTCN), uniquement reconnue par Ankara. La partition a provoqué le déplacement de dizaines de milliers de Chypriotes. 

La solution sur laquelle travaillent, sous l'égide de l'ONU, le président chypriote grec Nicos Anastasiades et son homologue chypriote turc Mustafa Akinci est un Etat fédéral dans lequel les Chypriotes turcs contrôleraient un peu moins de 30% du territoire, le pourcentage précis faisant encore l'objet de négociations.

Le turc pourrait devenir une langue officielle de l'UE

Le turc pourrait devenir la 25e langue officielle de l'Union européenne, si les efforts pour la réunification de l'île de Chypre aboutissaient.

Chypre est divisée depuis 1974, lorsque l'armée turque a envahi la partie nord de l'île en réaction à un coup d'Etat de Chypriotes grecs qui visait à rattacher le pays à la "Grèce des colonels" et suscitait une vive inquiétude de la minorité chypriote turque.

La République turque de Chypre du Nord (RTCN), qui s'étend sur environ 36% du territoire de l'île, n'est reconnue que par la Turquie, tandis que la République de Chypre, dont l'autorité ne porte que sur la partie sud de l'île, est membre de l'UE depuis 2004.

Si les parties arrivaient à un accord - et "tout le monde veut que ça aboutisse", selon une source européenne -, l'île dans son ensemble serait membre de plein droit de l'UE et cela aurait notamment pour conséquence de faire entrer le turc dans la liste des langues officielles de l'UE, au côté du français, de l'allemand, de l'italien, du gaélique ou du slovène par exemple.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés