analyse

Les Belges très mal informés de l'existence du RGPD

©REUTERS

Un an après son entrée en vigueur, l'UE est satisfaite de la mise en oeuvre du règlement général sur la protection des données (RGPD). Par contre, certains États, comme la Belgique, n'en ont pas fait assez pour informer leurs citoyens. À peine un Belge sur deux connaît l'existence du RGPD.

Qui se souvient du règlement général sur la protection des données à caractère personnel (RGPD) un an après son entrée en vigueur, accompagnée d'un battage médiatique sans précédent? La réponse varie d'un pays européen à l'autre. Et elle peut surprendre.

À peine 53% des Belges affirment à ce jour qu'ils ont entendu parler du RGPD, selon un Eurobaromètre publié ce mercredi par la Commission européenne. C'est nettement en dessous de la moyenne de l'Union européenne, déjà basse, à 67%.

©Shutterstock

Cela signifie qu'un Belge sur deux ignore ses droits et les règles en vigueur, lorsqu'il est en confronté à une entreprise collectant et utilisant ses données à caractère personnel sur internet. Le résultat pose question quant aux moyens développés par les autorités belges, alors que toutes les entreprises du net furent obligées d'informer les internautes des nouvelles règles de protection des données et de réclamer leur adhésion.

53%
des Belges
53% des Belges affirment à ce jour qu'ils ont entendu parler du RGPD.

La Belgique se classe parmi les trois États dont les citoyens sont les moins bien informés, aux côtés de l'Italie (49%) et la France (44%).

Par comparaison, dans les pays où le numérique est une priorité, comme la Suède (90%), les Pays-Bas (87%) ou la Pologne (86), pratiquement tous les citoyens sont informés du RGPD.

"Cette question est liée au niveau d'éducation au numérique existant dans le pays concerné", analyse un expert de la Commission européenne, "toutefois, il ne faut pas croire que le RGPD n'est pas appliqué dans les pays les moins bien informés, car nous n'avons pas conçu ce règlement comme dépendant uniquement des recours introduits par les citoyens. Le RGPD touche énormément d'entreprises bien informées."

Comprendre le RGPD en 2 minutes


Une amende de 50 millions, dix autres en cours

Ces données, peu encourageantes pour la Belgique, n'empêchent pas la Commission européenne d'afficher sa satisfaction, alors que ce samedi 25 mai sera la date anniversaire de l'entrée en vigueur du règlement.

Vera Jourova, commissaire européenne à la Justice et à la Protection des consommateurs ©REUTERS

"Après le scandale de Cambridge Analytica, il ne faisait aucun doute que nous avions besoin d'une protection. C'est chose faite", a dit Vera Jourova, la commissaire à la Justice et aux Consommateurs, ce mercredi lors d'une conférence de presse, avant de souffler la bougie du gâteau d'anniversaire du RGPD. "Le RGPD agit comme une solide mesure dissuasive au niveau des entreprises", ajoute la commissaire.

Le règlement a considérablement accru les pouvoirs des autorités de régulation. Des géants tels que Google et Facebook ont été tenus de revoir leurs règles, sans pour autant apporter satisfaction. Pas moins de 145.000 plaintes ont été déposées par des particuliers auprès des gendarmes nationaux de protection des données depuis son entrée en vigueur. En un an, une amende de 50 millions d'euros a été infligée à Google par l'autorité française de régulation.

"Les amendes viennent lentement, mais il est certain qu'elles vont venir"
Vera Jourova
Commissaire européen à la Justice et à la Protection des Consommateurs

Dix autres cas sont en cours d'analyse. L'un d'eux, concernant Facebook, est entre les mains de l'autorité irlandaise, l'une des plus sollicitée dans l'UE par le RGPD vu la présence des géants du net sur son territoire.

"Les amendes viennent lentement, mais il est certain qu'elles vont venir", avertit la commissaire Jourova.

Par ailleurs, en l'espace d'un an, le comité européen de la protection des données nouvellement créées a recensé plus de 450 affaires transfrontières en Europe.

Trois pays à la traîne

Pas moins de 25 États européens, y compris la Belgique, ont adopté les lois imposées par le RGPD, se félicite la Commission européenne. Par contre, la Grèce, le Portugal et la Slovénie, sont à la traîne. "Ces trois pays doivent se mettre en ordre le plus vite possible", dit Vera Jourova, "s'il manque des législations, cela va créer des incertitudes en Europe".

Les particuliers le découvrent mais dans les entreprises, on s’y prépare depuis des mois. Le Règlement général sur la protection des données (RGPD) entre en vigueur ce 25 mai 2018. Zoom sur cette nouvelle législation européenne qui concerne un demi-milliard de personnes. Et tous ceux qui les «suivent».

→ Notre dossier RGPD, le grand chambardement de la protection des données

Pour rappel, le RGPD est directement applicable dans l'ordre juridique des 28 États de l'Union, il ne nécessite aucune transposition. Par contre les Etats doivent adopter des lois là où le règlement leur laisse le choix sur les mesures, par exemple sur les questions d'âge. 

La mise en oeuvre du RGPD avec les pays non européens avance également. L'Union européenne et le Japon ont déjà conclu un accord en ce sens. Des négociations sont en cours avec d'autres pays en Amérique latine et en Asie.

Vera Jourova compte poursuivre ses efforts pour la mise en oeuvre du règlement "jusqu"à la fin de cette Commission, le 31 octobre""Grâce au RGPD les entreprises ont mis de l'ordre dans leur gestion des données, ce qui leur a permis d'améliorer la sécurité des données et d'instaurer une relation de confiance avec leur clientèle", ajoute-t-elle.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect