Publicité
Publicité

Les Bettencourt mère et fille mettent fin à leurs conflits

Liliane Bettencourt, héritière de L'Oréal, et sa fille ont signé un accord mettant fin à leurs "conflits", dont les dispositions resteront "personnelles et confidentielles".

La fille de Liliane Bettencourt, héritière des cosmétiques L'Oréal, s'est réconciliée avec sa mère et a décidé d'abandonner toutes ses poursuites judiciaires dans un dossier qui a débordé du cadre familial et éclaboussé un ex-ministre français, a indiqué lundi son avocat.
"Liliane et Françoise, comme elles l'espéraient, se sont rapprochées et ont convenu de mettre fin à toute polémique, a déclaré Me Olivier Metzner à l'AFP. Françoise Bettencourt-Meyers va mettre fin à toutes les poursuites judiciaires dont elle a le pouvoir".
Françoise Meyers-Bettencourt a poursuivi en justice le photographe mondain François-Marie Banier qu'elle accusait jusque-là d'avoir abusé de la faiblesse de sa mère âgée de 88 pour obtenir près d'un milliard d'euros de dons. Mme Meyers-Bettencourt a aussi demandé la mise sous tutelle de la femme la plus riche de France qu'elle estimait diminuée au point de dilapider sa fortune (estimée à 17 milliards d'euros).
Liliane Bettencourt, héritière de L'Oréal, et sa fille ont signé un accord mettant fin à leurs "conflits", dont les dispositions resteront "personnelles et confidentielles", ont-elles annoncé lundi dans un communiqué commun.
"En contrepartie d’un certain nombre d’engagements pris par François-Marie Banier, conformément aux souhaits de Liliane Bettencourt, Françoise Bettencourt-Meyers se désistera de ses poursuites" contre le photographe, a expliqué Me Metzner.
Cette affaire avait brusquement débordé du cadre familial en juin, au moment de la révélation dans la presse d'écoutes pirates réalisées au domicile de Liliane Bettencourt et visant à démontrer sa fragilité psychologique.
L'ex-ministre du Travail Eric Woerth a été mis en cause dans ces écoutes pour des soupçons de conflit d'intérêts, puis dans des témoignages de financement politique illégal. Ce pilier du gouvernement du président Nicolas Sarkozy, a été sacrifié lors du récent remaniement gouvernemental.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés