Les dépôts à la BCE frôlent le cap des 500 milliards d'euros

© PhotoNews

Les banques nationales européennes ont effectué des dépôts à court terme auprès de la BCE pour un montant record de 493,3 milliards d'euros. Depuis la dernière semaine de décembre, les dépôts dépassent quotidiennement les 400 milliards d'euros, témoignant de la méfiance constante des banques vis-à-vis des marchés financiers.

Dans des conditions "normales", les dépôts des banques à la BCE n'atteignent en général pas les 100 milliards d'euros.

Les banques de la zone euro ont déposé 493,27 milliards d'euros auprès de la Banque centrale européenne (BCE) ce week-end, un nouveau record absolu, selon des chiffres communiqués lundi.

Depuis décembre, les volumes de ces dépôts sur 24 heures, pourtant faiblement rémunérés (0,25%), ont atteint des records. Avant le week-end dernier, marqué par une dégradation de la note de solidité financière de neuf des dix-sept pays de la zone euro, le dernier record était de 489 milliards d'euros, établi vendredi.

Ces chiffres inquiètent certains économistes qui y voient un signe de la réticence des banques à se prêter de l'argent entre elles ou à financer l'économie réelle (prêts aux entreprises et aux ménages notamment), ou encore à acheter des obligations d'Etats de la zone euro.

Pour d'autres économistes, ces dépôts records sont liés à une opération géante de prêts à 1% sur trois ans accordés aux banques de la zone euro fin décembre par la BCE. Inondés ainsi de liquidités, certains établissements bancaires ne sauraient pas quoi en faire dans l'immédiat, expliquent ces économistes.

Jeudi dernier le président de la BCE, Mario Draghi, avait récusé que cette opération, qui visait à desserrer le robinet du crédit, fut un échec. Selon lui, elle a apaisé les marchés, rassuré les banques et permis un meilleur fonctionnement du circuit monétaire.

Cette action a d'ailleurs été saluée par l'agence de notation Standard and Poor's, qui a lourdement sanctionné des pays de la zone euro vendredi, dont la France qui a notamment perdu son triple A.

S&P a estimé que la BCE est parvenue à "éviter un effondrement de la confiance des marchés" en "soulageant fortement les pressions sur les banques".
Un nouveau prêt de la BCE sur trois ans, à montant illimité et à taux fixe, est prévu fin février.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés