Les derniers survivants d'Auschwitz lancent un avertissement

©VIA REUTERS

Réunis sur le site du camp de concentration d'Auschwitz libéré il y a 75 ans, les survivants de l'Holocauste ont tenu à lancer un avertissement au monde face à l'antisémitisme grandissant.

75 ans après la libération d'Auschwitz, des survivants de l'Holocauste, toujours moins nombreux, se réunissent ce lundi sur le site du camp de concentration pour honorer les plus de 1,1 million de personnes, principalement juives, qui y ont perdu la vie. L'occasion, aussi, pour eux de lancer un avertissement au monde face à l'antisémitisme rampant

Nous voulons que la prochaine génération sache ce que nous avons vécu, et que cela ne se reproduise plus jamais.
David Marks
Survivant d'Auschwitz

Venus des quatre coins de la planète, ils sont plus de 200 survivants à de retrouver sur le site d'Auschwitz, situé dans le sud de la Pologne. Leurs témoignages sonnent comme un avertissement grave après une récente vague d'attaques antisémites des deux côtés de l'Atlantique, certaines mortelles.

Les survivants, vêtus de bonnets et écharpes à rayures bleues et blanches symbolisant les uniformes que les prisonniers portaient dans le camp, ont traversé le tristement célèbre portail en fer forgé formant les mots "Arbeit macht frei" (en allemand, "Le travail rend libre"). Accompagnés par le président polonais Andrzej Duda, ils ont déposé des couronnes de fleurs près du "mur de la mort", où les nazis ont abattu des milliers de prisonniers.

©ANP

©REUTERS

©REUTERS

©ANP

"Que cela ne se reproduise plus jamais"

"Nous voulons que la prochaine génération sache ce que nous avons vécu, et que cela ne se reproduise plus jamais", a déclaré avant la cérémonie dimanche matin David Marks, 93 ans, survivant d'Auschwitz, la voix brisée d'émotion.

Trente-cinq membres de la famille proche et lointaine de ce Juif roumain ont été tués à Auschwitz, le plus grand des camps de la mort mis en place par l'Allemagne nazie, devenu le symbole des six millions de Juifs européens tués dans l'Holocauste. 

À partir du milieu de 1942, les nazis déportèrent systématiquement des Juifs de toute l'Europe vers six grands camps d'extermination - Auschwitz-Birkenau, Belzec, Chelmno, Majdanek, Sobibor et Treblinka. 

Exit les querelles politiques

Nous observons la poussée de l'antisémitisme alors que nous ne voulons pas que leur passé (celui des survivants) soit l'avenir de leurs enfants, ou l'avenir de leurs petits-enfants.
Ronald Lauder
Chef du Congrès juif mondial

Les organisateurs insistent sur le fait que la cérémonie commémorative de ce lundi doit se concentrer sur ce que les survivants ont à dire plutôt que sur les querelles politiques qui ont entaché les préparatifs de l'anniversaire

"Il s'agit de survivants, il ne s'agit pas de politique", a déclaré Ronald Lauder, chef du Congrès juif mondial, sur le site de l'ancien camp aujourd'hui transformé en un mémorial et musée géré par la Pologne. "Nous observons la poussée de l'antisémitisme alors que nous ne voulons pas que leur passé (celui des survivants) soit l'avenir de leurs enfants, ou l'avenir de leurs petits-enfants". 

Des têtes couronnées, des chefs d'État et de gouvernement de près de 60 pays assisteront à la cérémonie, mais en l'absence des leaders des grandes puissances qui se sont rendus jeudi à Jérusalem pour une cérémonie concurrente. Le président polonais Andrzej Duda a refusé d'aller à Jérusalem après s'être vu refuser la possibilité de s'y exprimer, alors que le président russe Vladimir Poutine y a joué un rôle de premier plan. 

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés