Les Pays-Bas secoués par les émeutes contre le couvre-feu

La police néerlandaise a arrêté environ 200 émeutiers dans la nuit de lundi à mardi. ©Photo News

Huit villes ont émis un ordre d'urgence. Les fauteurs de troubles qui ont vandalisé plusieurs centres-villes seront traités avec sévérité.

Huit villes néerlandaises ont émis mardi soir un ordre d'urgence intimant aux habitants de rester chez eux. Elle craignent en effet de nouvelles émeutes contre le couvre-feu. Il s'agit des villes de Maastricht, Eindhoven, Haarlem, Zwolle, Leiden, Zaltbommel, Heemstede et Breda.

De son côté, le gouvernement néerlandais n’entend pas faire marche arrière et renoncer au couvre-feu. C’est ce qu’a déclaré le ministre de la Justice Ferd Grapperhaus (CDA, chrétien-démocrate) au parlement néerlandais mardi.

Depuis l’instauration du couvre-feu samedi dernier (jusqu’au 9 février au moins), des émeutes ont eu lieu dans plusieurs villes des Pays-Bas. La police a été agressée et des magasins ont été vandalisés. Quelque 200 personnes ont été arrêtées. De telles scènes de violences ne s’étaient plus produites aux Pays-Bas depuis au moins quarante ans. D’où l’émoi considérable provoqué dans tout le pays.

"Ceux qui ont été arrêtés seront jugés sans délai et ce sera de la prison ferme."
Ferd Grapperhaus
Ministre néerlandais de la Justice

Le ministre de la Justice a prévenu les casseurs : "Ils ne s’en tireront pas si facilement. Ceux qui ont été arrêtés seront jugés sans délai et ce sera de la prison ferme." Quant aux dégâts, ils seront répercutés sur leurs auteurs, a-t-il précisé.

Geert Wilders, le leader d’extrême droite, a invité le Premier ministre Mark Rutte, actuellement démissionnaire, à engager l’armée pour mater les fauteurs de troubles "avant que cette violence ne dégénère en demi-guerre civile". Les Verts accusent pour leur part le leader populiste d’avoir attisé les protestations contre le couvre-feu.

Débordement en Campine?

Certains redoutent de voir la violence aux Pays-Bas passer la frontière belge suite à des appels lancés sur les réseaux sociaux pour venir "faire le bazar" samedi prochain à Turnhout, en Campine. La police a pris les choses en main et enquête sur ces appels.

Le bourgmestre de Turnhout a prévenu qu’aucun rassemblement ne serait toléré. "Tout qui viendra samedi sur la Grand-Place pour protester sera en infraction. La police interviendra avec sévérité." La police demande également de ne pas relayer ce genre d’appel sur les réseaux sociaux. L’incitation à la violence est un fait punissable, précise la police.

Moins de contaminés

La situation sanitaire aux Pays-Bas semble toutefois s’améliorer. Lundi, on a recensé 3.997 nouvelles contaminations. C’est la première fois depuis le 24 novembre que les chiffres redescendent sous la barre des 4.000 contaminations.

13.665
décès
Jusqu'ici 13.665 personnes sont officiellement décédées du Covid-19 aux Pays-Bas.

Au total, 13.665 personnes aux Pays-Bas sont officiellement décédées des suites d’une contamination au Covid-19, mais ce chiffre est considéré comme une sous-estimation. En Belgique, on a dépassé le cap des 20.000 décès alors que la population est moins importante qu’aux Pays-Bas.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés