Les personnalités possibles d'un gouvernement Hollande ou Sarkozy

Jean-Marc Ayrault, le chef de file des socialistes à l'Assemblée nationale. (© Frank Perry)

En cas de victoire au second tour de la présidentielle française, François Hollande pourrait nommer le chef de groupe socialiste à l'Assemblée nationale, Jean-Marc Ayrault, au poste de Premier ministre. Martine Aubry, dirigeante du PS, serait aussi en lice. Si Nicolas Sarkozy gagne l'élection, il changera de Premier ministre. Alain Juppé, actuel ministre des Affaires étrangères, est souvent nommé pour succéder à François Fillon.

Ni le socialiste François Hollande ni l'UMP Nicolas Sarkozy n'ont voulu dévoiler avant le deuxième tour dimanche le nom de leur éventuel Premier ministre en cas de victoire, mais les spéculations vont bon train sur les personnalités clés du prochain gouvernement.

Dans le camp Hollande

Pour le poste de Premier ministre, deux noms tiennent la corde, le chef du groupe socialiste à l'Assemblée nationale Jean-Marc Ayrault et la patronne du Parti Martine Aubry.

Fidèle de François Hollande, Jean-Marc Ayrault, 62 ans, député-maire de Nantes (ouest), a vu sa cote grimper depuis que le candidat a lâché le 26 avril que son Premier ministre sera quelqu'un qui "connaît bien les députés, le parti mais aussi qui me connaît bien, c'est mieux de s'entendre".

Ces déclarations semblent exclure Martine Aubry avec qui François Hollande s'entend notoirement mal, même s'il a assuré le lendemain que son choix n'était pas encore fait. Battue en finale des primaires du parti à l'automne, Martine Aubry, 61 ans, a l'avantage de l'expérience et de la notoriété. Maire de Lille (nord), elle fut numéro deux du gouvernement Jospin de 1997 à 2001 en charge de l'Emploi. Selon un sondage publié lundi, 23% des Français la souhaiteraient comme Premier ministre contre seulement 7% pour Jean-Marc Ayrault.

Pour le reste du gouvernement, l'ancien Premier ministre Laurent Fabius s'est positionné depuis des mois comme ministre des Affaires étrangères, poste qui pourrait intéresser aussi Martine Aubry, Pierre Moscovici, ancien ministre des Affaires européennes ou le maire de Paris Bertrand Delanoë.

Des proches de Hollande, comme son conseiller Michel Sapin, ancien ministre des Finances, ou son directeur de communication Manuel Valls pourraient aussi occuper des postes clé. Tout comme Arnaud Montebourg, représentant de l'aile gauche du parti.

François Hollande ayant promis un gouvernement paritaire, on parle aussi beaucoup de Marisol Touraine (Affaires sociales), de la patronne des Verts Cécile Duflot et d'une nouvelle génération mise en avant pendant la campagne: Delphine Batho, Aurélie Filippetti, ou Najat Vallaud-Belkacem.

Dans le camp Sarkozy

Nicolas Sarkozy ne reconduira pas François Fillon qui, après cinq ans passés à l'hôtel Matignon, se présentera aux législatives à Paris avec les municipales en en vue 2014. L'actuel ministre des Affaires étrangères Alain Juppé, 66 ans, qui fut déjà Premier ministre sous Jacques Chirac (1995-97), est le plus souvent cité pour lui succéder, Nicolas Sarkozy ayant souligné que ce serait quelqu'un d'expérimenté.

Un autre choix possible serait le centriste Jean-Louis Borloo, 61 ans membre du petit parti radical et ministre sans interruption de 2002 à 2010. Il avait déjà été pressenti à l'automne 2010 pour remplacer François Fillon.

Selon le même sondage publié lundi, Alain Juppé aurait les faveurs de 26% des Français, devant François Fillon (18%) et Jean-Louis Borloo 15%. Le patron du parti présidentiel UMP, Jean-François Copé, n'est cité que par 6% des Français.

Le nouveau gouvernement de droite devrait en tout cas reposer sur bon nombre de ministres actuels, comme le ministre du travail Xavier Bertrand, la porte-parole du candidat Sarkozy, Nathalie Kosciusko-Morizet, les ministres de l'Agriculture Bruno Le Maire ou du Budget Valérie Pécresse.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés