Les poids lourds devront moins polluer en Europe

©Belga

À l’horizon de sept ans, les camions européens devront réduire leurs émissions de CO2 d’au moins 15%. D’ici 2030, la réduction devra être de 30%. C’est la première fois qu’une telle mesure touche les poids lourds.

L’Europe dispose aujourd’hui de normes en matière d’émissions de CO2 pour les voitures et les fourgonnettes. Les constructeurs automobiles devront d’ici 2021 limiter les émissions moyennes de leur flotte à 95 g de CO2 par km; pour les fourgonnettes, le plafond est un peu plus élevé. Mais pour les poids lourds, il n’existe aujourd’hui aucune norme européenne limitant les émissions de dioxyde de carbone, le principal gaz à effet de serre.

Les normes d’émissions de CO2 ou de consommation de carburant pour les camions existent pourtant aux Etats-Unis, au Canada, en Chine, au Japon, et même en Inde.

Les constructeurs de camions peuvent produire des camions plus propres pour les Etats-Unis et le Canada alors que les camions les plus polluants continuent à circuler en Europe.
.

Les constructeurs de camions peuvent produire des camions plus propres pour les Etats-Unis et le Canada alors que les camions les plus polluants continuent à circuler en Europe. Les entreprises de transport européennes, des PME pour la plupart, pourraient passer à côté d’importantes économies, soit 7.700 euros de moins en frais de carburant par camion et par an.

Dans le contexte des changements climatiques, le laisser-faire n’est pourtant pas une option. Les poids lourds représentent 27% des émissions liées au transport en Europe. Et si aucune mesure n’est prise au niveau du trafic, leur part devrait encore augmenter de 14% à l’horizon 2030.

Les émissions de CO2 des secteurs industriel, énergétique et de la construction sont déjà limitées sur le vieux continent. Mais lors de la Conférence sur le climat à Paris, l’Europe a promis de réduire de 40% les émissions de CO2 d’ici 2030. Pour atteindre cet objectif, le transport devra fournir davantage d’efforts.

C’est la raison pour laquelle l’Europe proposera ce jeudi pour la première fois des normes de CO2 pour les camions, soit une réduction d’au moins 15% d’ici 2025 et d’au moins 30% à l’horizon 2030. Ce dernier chiffre est indicatif. Si l’évolution technologique va dans le bon sens, cette norme pourrait être renforcée en 2022.

Vecto

Aux Etats-Unis, ce sont les constructeurs eux-mêmes qui communiquent à propos des émissions de CO2. Après le dieselgate, l’Europe a opté pour son propre système de mesure. Cette technique, appelée Vecto, sera fiable à partir de l’an prochain, mais uniquement pour les types de camions les plus courants. L’année 2019 sera donc l’année de référence pour la limitation des émissions de CO2.

Pour les bus, les plus petits camions et les semi-remorques, on ne dispose pas encore de données fiables. Mais aujourd’hui déjà, les règles européennes encouragent les villes et les régions à opter dans les appels d’offres pour des bus "verts" et des infrastructures utilisant des énergies alternatives.

La présentation ce jeudi par la Commission de son Plan CO2 risque de ne pas faire l’unanimité.
.

La limitation des émissions pour les camions talonne les nouvelles normes proposées par la Commission en novembre dernier pour les voitures particulières et les fourgonnettes. La Commission proposait également une baisse de 15% des émissions d’ici 2025 et de 30% d’ici 2030. Ces chiffres s’expliquent par le scandale du dieselgate et des nouveaux tests en matière d’émissions de CO2 qui ont suivi en Europe. Il faudra attendre 2021 pour connaître les émissions réelles de la nouvelle génération de voitures particulières.

La limitation des émissions pour tous les véhicules n’est pas un "free ride". Les constructeurs ne respectant pas la norme s’exposeront à des amendes élevées par voiture et par gramme de CO2 supérieur à la norme et ce, pour l’ensemble de leur gamme. Cependant, l’Europe n’impose aucun quota de production de camions entièrement "verts", comme c’est le cas avec les voitures particulières.

Réserves

Le Plan CO2 qui sera présenté jeudi devrait provoquer des réactions mitigées. Plusieurs entreprises comme Ikea, Colruyt, Barry Callebaut et Unilever, ainsi que la fédération du transport Febetra, ont insisté le mois dernier dans une lettre pour que l’Europe se montre plus ambitieuse. Par contre, les constructeurs de camions ont eux-mêmes proposé de réduire les émissions de CO2 de seulement 7% d’ici 2025.

La Commission européenne demande aussi aux constructeurs de concevoir un design plus aérodynamique pour les camions.
.

Pour réduire les émissions des poids lourds, la Commission européenne demande aussi aux constructeurs de concevoir un design plus aérodynamique pour les camions. Des formes plus arrondies devraient améliorer la visibilité pour les chauffeurs et augmenter la sécurité pour les usagers faibles. La nouvelle "architecture" des camions permettrait également d’éliminer l’angle mort, responsable de nombreux accidents mortels.

Lire également

Contenu sponsorisé

Partner content