analyse

Les possibles successeurs à la présidence de la CDU sont…

L’option la plus logique serait Annegret Kramp-Karrenbauer. Cette femme de 55 ans est surnommée la «Merkel de la Sarre» ou «mini-Merkel». ©Carsten Rehder/dpa

Enfiler un costume porté pendant plus de dix-huit ans par le même leader n’est jamais aisé surtout lorsque la personne qui le quitte avec regret s’appelle Angela Merkel…

En annonçant sa décision de ne pas se représenter en décembre à la présidence de la CDU, la Chancelière fédérale a donné le coup d’envoi de la course à sa succession. La cheffe du gouvernement était parvenue ces dernières années à "éliminer" la plupart de ses principaux rivaux au sein de l’Union démocrate-chrétienne en les prenant dans son cabinet pour mieux les contrôler (Wolfgang Schäuble, Ursula von der Leyen) ou se gardant bien de les soutenir lors de crise (Karl-Theodor zu Guttenberg). Les conservateurs ambitieux ont donc appris à faire profil bas pour ne pas la menacer directement. Les noms de possibles successeurs pour prendre la présidence de la CDU viennent néanmoins rapidement à l’esprit des analystes politiques allemands.

Je crois que nous avons besoin de tourner la page.
Angela Merkel

Annegret Kramp-Karrenbauer et la cheffe du gouvernement du petit Etat régional de Sarre. ©Carsten Rehder/dpa

L’option la plus "logique" serait Annegret Kramp-Karrenbauer. Le cheffe du gouvernement du petit Etat régional de Sarre a été choisie au mois de février par Angela Merkel pour devenir secrétaire générale du parti. Cette femme de 55 ans, surnommée la "Merkel de la Sarre" ou "mini-Merkel", serait le choix de la continuité mais les claques sévères reçues ces deux dernières semaines par sa formation en Bavière et en Hesse risquent d’encourager de nombreux militants à plaider en faveur d’une profonde rénovation du parti et de la nomination de "nouvelles têtes".

Armin Laschet est ministre-président de Rhénanie-du-Nord-Westphalie. ©EPA

Armin Laschet pourrait remplir ce rôle. Le ministre-président de Rhénanie-du-Nord-Westphalie était parvenu à remporter l’an dernier les élections dans le Land le plus peuplé d’Allemagne, qui était considéré comme un fief social-démocrate (SPD), en réunissant 33% des voix, soit un gain de 6,6% par rapport au scrutin de 2012. Cet ancien journaliste de 57 ans gouverne aujourd’hui son Etat-région grâce à une coalition formée avec les libéraux du FDP.

Jens Spahn représente l’aile droite de son parti. C'est un farouche critique de la politique de la Chancelière en matière d’accueil des demandeurs d’asile. ©REUTERS

Un autre prétendant pour prendre la tête de la CDU est le ministre fédéral de la santé Jens Spahn. Représentant de l’aile droite de son parti et farouche critique de la politique de la Chancelière en matière d’accueil des demandeurs d’asile, ce géant de 1,91m âgé de 38 ans et adepte des salles de fitness est un protégé du président du Bundestag, Wolfgang Schaüble, qui a longtemps été un des grands rivaux d’Angela Merkel.

Friedrich Merz, président de Blackrock Germany, est un ancien député fédéral et ex-député européen. ©EPA

Un autre outsider possible, selon le quotidien populaire Bild, est Friedrich Merz. Cet ancien député fédéral et ex-député européen, qui a dirigé le groupe parlementaire conservateur CDU/CSU de 2000 à 2002, retournerait ainsi à la politique après plusieurs années passées dans le secteur privé et notamment à la présidence du conseil de surveillance de la société d’investissement BlackRock Germany.

Je ne solliciterai aucune fonction politique après la fin de mon mandat en 2021.
Angela Merkel

Qui va succéder à Angela Merkel à la tête de la CDU? ©AFP

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect