Publicité

Les Vingt-Sept se penchent sur les objectifs des accords de libre-échange

Le président du Conseil européen, Charles Michel, a mis jeudi soir la question des accords commerciaux au menu des dirigeants européens. ©Photo News

Les dirigeants européens ont entamé jeudi soir, lors du sommet, une série de discussions visant à réorganiser la négociation des accords commerciaux.

Lors du sommet européen, les Vingt-Sept ont abordé la question du commerce et des accords de libre-échange. Le point, discuté jeudi soir au dîner, avait été inscrit au menu à la demande de plusieurs États, dont la Belgique, qui s'inquiètent de plus en plus de voir les négociations d'accords s'empiler, alors que leur finalisation ou leur ratification tardent.

Les dirigeants européens se sont mis d'accord sur "un besoin de transparence dans le processus de négociation, du mandat à la ratification, pour garantir le soutien public et parlementaire".

"Une ratification d'un accord de commerce qui dure plus de 4 ans, comme celui avec le Canada, c'est une faiblesse à résoudre."
Angela Merkel
Chancelière allemande

L'exercice n'appelait pas de conclusions immédiates. Il était plutôt considéré comme le premier échange d'une série visant à revoir l'organisation de la négociation des accords commerciaux. Certains États voudraient s'inspirer du modèle du Brexit, où les gouvernements étaient étroitement associés, alors que la négociation des accords commerciaux est considérée comme le pré carré de la Commission européenne.

"Nous constatons une déconnexion entre les gouvernements, la Commission et ce qu'attend le public", a résumé un diplomate en marge du sommet.

Les dirigeants européens se sont montrés inquiets du blocage de certains accords. "Une ratification d'un accord de commerce qui dure plus de 4 ans, comme celui avec le Canada, c'est une faiblesse à résoudre", a souligné la chancelière allemande Angela Merkel à la fin du sommet.

Les dirigeants de l'UE ont aussi convenu que les accords de commerce ne devaient pas uniquement être conclus pour "la prospérité", mais aussi pour "promouvoir les valeurs sociales et environnementales".

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés