Publicité

Macron appelle à la "solidarité de la nation" face au coronavirus

Macron appelle les dirigeants et les citoyens à "faire bloc" face à la crise du Covid-19. ©Photo News

Libération de lits à l'hôpital, fermeture des établissements scolaires, mobilisation économique... Lors d'une allocation télévisée, ce jeudi soir, le Président français a annoncé des mesures plus contraignantes pour contenir la propagation de l'épidémie.

"Je compte sur vous pour faire nation." Après avoir consulté toute la journée, scientifiques, experts des autorités sanitaires et hommes politiques, Emmanuel Macron a finalement pris plusieurs décisions pour endiguer l'épidémie sans céder au verrouillage total du pays. "La priorité des priorités est de protéger les plus faibles. Je demande ce soir à toutes les personnes âgées de plus de 70 ans, à celles qui souffrent de maladies chroniques, de troubles respiratoires, ou sont en situation de handicap, de rester autant que possible à domicile", a exhorté Emmanuel Macron avant d'ajouter qu'il y aurait une seconde vague susceptible de toucher des personnes plus jeunes qu'il faudra aussi soigner.

"Nos plus jeunes propagent le plus rapidement le virus."
Emmanuel Macron
Président français

"La deuxième priorité est de freiner l'épidémie, de continuer de gagner du temps", a-t-il ajouté. À cette fin, dès lundi et ce, jusqu'à nouvel ordre, les crèches, écoles, collèges, universités, seront fermés."Nos plus jeunes propagent le plus rapidement le virus", insiste-t-il assurant que des services de garde pour les personnels soignants seront mis en place.

Dans le même ordre d'idée, il a demandé aux entreprises d'intensifier le télétravail. "Le transport public sera maintenu mais là aussi, c'est à votre responsabilité que j'en appelle afin de limiter vos déplacements au strict nécessaire." Enfin, des places doivent se libérer dans les hôpitaux, tous les médecins seront mobilisés, étudiants et jeunes retraités également, tandis qu'en parallèle les soins non essentiels seront reportés. 

Tout savoir sur le coronavirus Covid-19

Voyages à l'étranger suspendus, événements annulés, activité ralentie: la propagation du nouveau coronavirus affecte de plus en plus la vie quotidienne des Belges, inquiets, mais aussi l'économie dans son ensemble.

> Toutes les infos dans notre dossier

Plan de relance

Sollicité par l'opposition sur la nécessité d'une mobilisation économique, et d'un soutien à l'égard des plus fragiles, Emmanuel Macron a fait savoir que la trêve hivernale serait reportée de 2 mois. Il a précisé qu'un "mécanisme exceptionnel de chômage sera mis en œuvre", que "l'État prendra en charge l'indemnisation de certains salariés qui resteront chez eux". Enfin, il prévoit des reports en termes d'échéance fiscale pour les entreprises.

Mais le Président français compte s'appuyer également sur l'Europe, et le G7. "J'ai demandé un plan de relance national et européen", a-t-il dévoilé. Il a également fait savoir qu'il allait s'entretenir avec Donald Trump ce vendredi en vue de promouvoir une initiative exceptionnelle dans le cadre du G7.

"On ne vient pas à bout d'une crise pareille sans faire bloc", a-t-il conclu, exhortant à éviter le "repli nationaliste". "Nous aurons sans doute des mesures de contrôle, de fermeture de frontière à prendre" mais il faudra, selon lui, "les prendre à l'échelle européenne".

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés