Macron choisit un Premier ministre de la continuité

Edouard Philippe applaudit son successeur Jean Castex. ©AFP

Après avoir fait le choix du conservatisme à la tête du gouvernement, le Président français est attendu au tournant sur la nomination des futurs ministres.

9h30, démission du gouvernement d'Edouard Philippe. 12H30, nomination d'un nouveau premier ministre, Jean Castex. 17H30, passation de pouvoirs.

Tout aura été très rapide en ce vendredi 3 juillet à la tête de l'exécutif français. " En temps de crise, on ne traîne pas ", entendait-on dans l'entourage de l'Elysée qui promet un " gouvernement de combat ".

Pour l'heure, cependant, cette célérité n'est guère synonyme de changement radical. En effet, le choix de Jean Castex étonne. L'homme qu'Emmanuel Macron vient de nommer pour remplacer Edouard Philippe, a de nombreux points de convergence avec son prédécesseur.

Comme lui, il bénéficie d'un ancrage local très fort et parle à l'électorat de droite ou centre-droit. Comme lui, il ne s'est jamais vraiment distingué par des postures écologistes marquées et ce, alors que le président français Emmanuel Macron avait dit vouloir faire de l'écologie l'une de ses priorités.

Ses opposants l'expliquent par le profil idéal du "collaborateur", "techno" et "conciliant" du nouveau Premier ministre qui ne fera guère d'ombre au Président "jupitérien".

Alors pourquoi un tel choix ? Pourquoi ne pas avoir reconduit son Premier ministre si populaire? Ses opposants l'expliquent par le profil idéal du "collaborateur", "techno" et "conciliant" du nouveau Premier ministre qui ne fera guère d'ombre au Président "jupitérien". Même si certains proches de l'intéressé rapportent que l'homme a des convictions bien ancrées.

Réorganiser la majorité

Car Edouard Philippe, lui, avait effectivement su marquer sa différence. Au point qu'il serait parvenu avec le Président à une solution consensuelle autour d'un divorce à l'amiable. On a d'ailleurs appris qu'Emmanuel Macron venait de lui confier la mission de réorganiser la majorité avant la présidentielle. Un moyen habile aussi de le garder dans son cercle.

Au-delà, d'autres arguments politiques pourraient justifier la nomination de Jean Castex. Rappelons qu'il est élu des Pyrénées-Orientales, un département non loin de Perpignan, seule grande ville à être tombée dans l'escarcelle du Rassemblement National (RN) lors des municipales. Le Président français sait que la droite et le centre droit pourraient lui garantir la plus grande réserve de voix lors de la prochaine présidentielle.

Le remodelage des ministères avec un rapprochement, par exemple, de l'écologie et de l'économie est évoqué.

Enfin, l'Elysée assure - pour contrecarrer les critiques liées à l'inertie de ses choix - que des surprises de taille seront à venir dans le remaniement du gouvernement. Le remodelage des ministères avec un rapprochement, par exemple, de l'écologie et de l'économie est évoqué. Au même titre que l'arrivée potentielle de personnalités comme l'eurodéputé vert Pascal Canfin ou Laurence Tubiana qui a participé aux accords de la Cop 21. Les nouveaux venus devraient être connus d'ici d'ici mercredi prochain.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés