Publicité

Mario Draghi a officiellement dévoilé son gouvernement

Mario Draghi ©EPA

Bénéficiant du soutien de presque toutes les formations politiques nationales, l’ancien Président de la BCE prêtera serment ce samedi.

Mario Draghi s’est rendu, vendredi soir, au Palais du Quirinal, pour présenter officiellement la composition de son prochain exécutif au chef de l’État italien, Sergio Mattarella. Une équipe plus politique que technique, qui, par son profil hétérogène, réussit en principe à contenter tous les partis de la nouvelle majorité. La direction du ministère de l’Économie et des Finances, névralgique pour Draghi, a, toutefois, été confiée à l’économiste et directeur général de la Banque d’Italie, Daniele Franco. Le ministère de l’Intérieur ainsi que celui de la Justice seront, de même, dirigés par des figures non politiques. Le nouvel exécutif prêtera serment ce samedi.

"Je suis quelqu’un de pragmatique. Si avec le Professeur Draghi, on peut envisager une baisse de la pression fiscale, à même de donner de l’oxygène aux ménages et aux entreprises, je suis de son côté."
Matteo Salvini
Leader de la Ligue

Après neuf jours de réflexion, deux tournées de consultations auprès des partis politiques, des syndicats et des représentants du patronat, l’ancien président de la Banque centrale européenne a, ainsi, enfin dévoilé ses cartes. Pendant cette période de construction silencieuse, il a, en effet, délibérément évité tout commentaire, apparition publique ou discours officiel.

Néanmoins, malgré cette circonspection, si inusuelle dans l’univers institutionnel de la Péninsule, le futur Premier ministre a réussi à séduire et à rassurer les principaux représentants politiques nationaux, à obtenir leurs promesses d’allégeance et leur soutien inconditionnel.

"L'effet Draghi"

À Rome, on l’appelle déjà "l’effet Draghi". L’ancien Président de la BCE, qui fait pour l’instant l’unanimité, est, en effet, à l’origine de grands revirements, voire de miraculeuses conversions. À commencer par celle de Matteo Salvini, l’homme fort de la Ligue (droite souverainiste et traditionnellement eurosceptique), qui, dès la première rencontre avec Draghi, a voulu préciser aux médias: "Je suis quelqu’un de pragmatique. Si avec le Professeur Draghi, on peut envisager une baisse de la pression fiscale, à même de donner de l’oxygène aux ménages et aux entreprises, je suis de son côté."

"Je m’attendais à rencontrer le banquier de Dieu, et je me suis retrouvé face à face avec l’un de nous."
Beppe Grillo
Fondateur du Mouvement 5 étoiles

Le même soutien a été offert par le Parti démocrate (centre-gauche) mais aussi par le parti Forza Italia de Silvio Berlusconi qui, dès la fin du gouvernement Conte 2, se disait prêt à accorder sa confiance à un "exécutif des meilleurs", fièrement européiste et libéral.

Cependant, la métamorphose la plus prodigieuse a été celle du Mouvement 5 étoiles, parti initialement antisystème et populiste. Son fondateur, le comique Beppe Grillo, qui par le passé a violemment attaqué l’univers de la finance internationale que Draghi représente et incarne, a rapidement voulu proclamer sa fidélité au prochain exécutif, avec l’espoir de pouvoir influencer ses choix stratégiques. "Je m’attendais à rencontrer le banquier de Dieu, et je me suis retrouvé face à face avec l’un de nous", a affirmé Grillo, dans une surprenante déclaration publique, juste après leur première rencontre.

Création d'un ministère de la Transition écologique

Suite à l’annonce officielle de la création d’un futur ministère de la Transition écologique, tel que demandé par le Mouvement, les principaux représentants du parti ont ainsi poussé leurs militants à voter la confiance au prochain gouvernement, au cours d’une consultation, jeudi soir, sur leur plateforme digitale Rousseau. Et après un vote très contesté, 59,3% des militants ont donné leur bénédiction à l’ancien patron de la BCE et à sa prochaine aventure politique.

Reste aujourd’hui à savoir si celui qui est désormais considéré comme le "sauveur de la nation" sera capable de mener à bien son ambitieux redressement national aux côtés d’une majorité parlementaire aussi hétéroclite et instable.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés