Publicité
analyse

Mario Draghi tente un gouvernement de "salut national" en Italie

A Rome, Draghi a voulu rappeler, au cours de sa brève allocution au Quirinal, «le moment difficile et la crise sanitaire dramatique» que traverse la Péninsule. ©Photo News

Le "super banquier" représente le dernier recours avant l’hypothèse d’un scrutin anticipé en Italie.

C’est avec un sourire austère, mais vaguement ému que Mario Draghi a officiellement accepté «avec réserve», ce mercredi, au Palais du Quirinal, le mandat de former et de guider un nouveau gouvernement.

Convoqué la veille par le chef de l’État italien, Sergio Mattarella, l’ancien Président de la Banque centrale européenne (BCE), connu pour avoir sauvé l’euro, est aujourd’hui appelé à sauver un univers politique en déroute. Une mission, hautement risquée, qui pourrait le rendre nostalgique de ses années passées à Francfort, à la tête de la finance européenne. 

Après l’aveu d’échec du président de la Chambre des députés, Roberto Fico, chargé de donner naissance, au cours d’une fébrile tournée de consultations auprès des groupes parlementaires, à un gouvernement Conte 3, Mattarella n’avait, en effet, que deux choix. Convoquer de nouvelles élections, comme le réclament encore les partis de la droite souverainiste, ou lancer la formation d’un exécutif «institutionnel», de «salut national». Après avoir écarté la première hypothèse en évoquant les risques sanitaires liés à la pandémie, le chef de l’État a fait appel à la seule personne capable de faire aujourd’hui l’unanimité: l’ancien gouverneur de la Banque centrale italienne, devenu, en quelques décennies, l’un des plus célèbres économistes à travers le monde.  

"Draghi est l'une des plus précieuses réserves de la République italienne."
Matteo Renzi
Ancien chef de gouvernement

Expert des situations de crise et fièrement européiste, Draghi a voulu rappeler, au cours de sa brève allocution au Quirinal, «le moment difficile et la crise sanitaire dramatique» que traverse la Péninsule. Il a également évoqué l’enjeu que représente la gestion des «extraordinaires ressources» promises par l’Union européenne, 209 milliards d’euros destinés à un plan de relance qui devra être présenté à Bruxelles avant avril 2021.

Loin d'être gagné

C’est probablement plus par esprit de service que par réel désir que «Super Mario» a accepté de former un nouvel exécutif en essayant d’obtenir la confiance d’un Parlement très polarisé. Ce «serviteur public», qui a été défini par le Nobel d’Économie américain, Paul Krugman, comme «probablement le meilleur banquier central des temps modernes», aura, néanmoins, du pain sur la planche. Le seul parti qui a officiellement salué la décision du chef de l’État est Italia Viva, dirigé par Matteo Renzi, à l’origine de la chute du gouvernement Conte 2. «Il s’agit d’une des plus précieuses réserves de la République italienne, une personnalité qui a toute mon estime», vient de déclarer Renzi.

Les autres acteurs politiques de la Péninsule restent, toutefois, beaucoup plus silencieux. Et certains, comme le fondateur du Mouvement 5 étoiles, Beppe Grillo, ont même exprimé critiques et remontrances. «Nous restons fidèles à Giuseppe Conte et nous nous opposons à un exécutif technique sous la direction de Draghi», aurait confié Grillo aux représentants du Mouvement.

"La voie royale pour sortir de cette impasse ce sont les élections!"
Matteo Salvini
Leader de la Ligue (opposition)

Les partis de la droite souverainiste sont, quant à eux, perplexes, voire hostiles. «On ne cessera de le répéter, la voie royale pour sortir de cette impasse ce sont les élections!» a déclaré le leader de la Ligue, Matteo Salvini.

Or, sans le soutien du Parlement, même un brillant et courageux stratège comme Draghi, l’excellence prêtée à la politique, ne pourra être en mesure de sauver la Péninsule de ses propres contorsions et contradictions. Ainsi, seulement après une tournée de consultations auprès des groupes parlementaires, le «super banquier» saura s’il est prêt et, surtout, capable de jouer un rôle-clé dans le prochain chapitre politique national.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés