Marseille: l'assaillant était connu sous 7 identités

Un homme a poignardé deux passants à la gare de Marseille sud. ©AFP

Une enquête anti-terroriste a été lancée à Marseille après une attaque au couteau. L'assaillant a poignardé à mort deux personnes avant d'être abattu.

La section antiterroriste du parquet de Paris s'est saisie dimanche de l'enquête sur l'attaque "par arme blanche" à la gare principale de Marseille (sud) au cours de laquelle un homme a poignardé à mort deux personnes avant d'être abattu par des militaires, a annoncé le parquet. Les victimes seraient deux cousines de 20 ans, selon un bilan fourni par le ministère de l'Intérieur et confirmé de source judiciaire.

Originaires de la région lyonnaise, l'une faisait ses études de médecine à Marseille et l'autre était venue lui rendre visite pour le weekend, apprend-on.

Le groupe jihadiste Etat islamique a revendiqué l'attentat. Mais les enquêteurs n'ont établi "à ce stade" aucun lien entre l'auteur de l'attaque et l'EI.

L'enquête, ouverte notamment pour "assassinats en relation avec une entreprise terroriste" et "tentative d'assassinat sur personne dépositaire de l'autorité publique", a été confiée à la Direction centrale de la police judiciaire (DCPJ) et à la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), a précisé le parquet.

L'attaque visant des passants a eu lieu vers 13h45. L'assaillant "aurait crié Allah Akbar" en passant à l'acte, selon une source proche de l'enquête, qui envisage la piste terroriste.

L'homme qui a commis l'attaque était connu pour des faits de droit commun, selon des sources proches de l'enquête.  Les forces de sécurité françaises lui connaissent sept identités, a précisé le procureur François Molins lors d'une conférence de presse. Il était par ailleurs en situation irrégulière et avait été brièvement interpellé deux jours auparavant.

La police a de son côté demandé aux Marseillais d'éviter le secteur de la gare Saint-Charles, où le trafic SNCF a été interrompu, une importante opération était en cours en début d'après-midi. Tout le quartier est bouclé et la gare Saint-Charles a été évacuée.

Le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb a annoncé sur Twitter qu'il se rendait "immédiatement" à Marseille "après l'attaque perpétrée à proximité de la gare Saint Charles".

Emmanuel Macron, le président français, a réagi sur Twitter à cette attaque, apportant son soutien aux proches des victimes. 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés