Mission difficile pour Borrell à Moscou, Navalny poursuit sa lutte

Le Haut représentant de l'UE, Josep Borrell, rencontre vendredi le ministre russe des Affaires étrangères Sergeï Lavrov. ©REUTERS

L'UE a envoyé son chef de la diplomatie, Josep Borrell, à Moscou alors que les relations entre l'Europe et la Russie sont au plus bas en raison de l'emprisonnement du dissident Alexeï Navalny et de milliers d'opposants.

Le chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell, rencontre ce vendredi à Moscou le ministre des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, dans un contexte tendu en raison de l'emprisonnement du dissident Alexeï Navalny. Depuis mi-janvier, des manifestations massives, sévèrement réprimées par la police, ébranlent la Russie. Cette visite, consacrée aux relations entre l'Europe et la Russie, est la première d'un Haut représentant européen depuis 2017. L'Union européenne (UE) dénonce l'arrestation du chef de l'opposition russe et sa condamnation, le 2 février, à une peine d'emprisonnement de près de trois ans. Moscou qualifie les critiques européennes d'"ingérence".

"Ce qui est clair, c'est que la situation est inacceptable. La détention de ces milliers de personnes est inacceptable et nous demandons qu'elles soient libérées immédiatement."
Josep Borrell
Haut représentant de l'UE aux Affaires étrangères

Josep Borrell s'est envolé pour Moscou jeudi dans l'intention de rencontrer également Alexeï Navalny. Mais il y a peu de chance qu'il obtienne sa libération ou, même, qu'il rencontre le chef de l'opposition russe, détenu dans une prison moscovite. Toute critique du régime russe devrait se voir opposer une réplique cinglante. Sergueï Lavrov a annoncé la couleur.

Plus de 10.000 personnes ont été arrêtées lors des dernières manifestations. Les centres de détention russes débordent, alors que les opposants et la presse font l'objet d'une répression brutale. Sergeï Smirnov, le rédacteur en chef du site d'information Mediazona a été emprisonné suite à un Tweet concernant les manifestations.

Josep Borrell devrait réitérer les condamnations européennes. "Ce qui est clair, c'est que la situation est inacceptable. La détention de ces milliers de personnes est inacceptable et nous demandons qu'elles soient libérées immédiatement", a déclaré Peter Stano, le porte-parole de Josep Borrell.

10.000
personnes arrêtées
Plus de 10.000 personnes ont été arrêtées en Russie lors des dernières manifestations.

Le Haut représentant s'entretiendra avec Sergueï Lavrov des actions de la Russie en Ukraine et dans les pays voisins, de la mise en œuvre de l'accord sur le nucléaire iranien, de la riposte à la pandémie de coronavirus et des changements climatiques. Il sera aussi question de la demande d'autorisation de mise sur le marché du vaccin russe Sputnik V.

Les résultats de cette visite et la question des sanctions seront abordés lors d'un conseil des ministres européens des Affaires étrangères le 22 février et au sommet de mars.

L'Europe divisée sur les sanctions

L'UE est divisée entre le dialogue et la prise de nouvelles sanctions contre la Russie. La coopération entre la Russie et l'Europe s'est réduite à une peau de chagrin ces dernières années, et certaines capitales craignent que des sanctions l'anéantissent. D'autres pays, comme la Hongrie et Chypre, sont viscéralement proches de Moscou.

Le Parlement européen et plusieurs Etats, comme les pays Baltes, la Pologne, la France et le Danemark, réclament ces sanctions et la suspension du gazoduc Nord Stream 2 reliant la Russie à l'Allemagne. Berlin refuse de remettre en cause ce projet mené avec le géant Gazprom. En outre, l'Allemagne envisage une coopération avec la Russie autour du Sputnik V.

Alexeï Navalny lutte depuis sa prison

Après l'empoisonnement d'Alexeï Navalny au Novitchok en août, l'UE avait imposé des sanctions à la Russie. Le dissident avait été accueilli en Allemagne pour y être soigné. Après cinq mois de convalescence, il est retourné en Russie, sachant qu'il y serait arrêté.

Alexeï Navalny poursuit depuis sa prison son combat contre le président russe Vladimir Poutine, en appelant à la lutte et en dénonçant la corruption entourant le régime russe. Le chef de l'opposition espère déstabiliser le maître du Kremlin en vue des élections législatives de septembre. Sa cote de popularité ne cesse de grimper depuis plusieurs mois, alors que celle de Russie unie, le parti au pouvoir, est en baisse.

Sputnik V frappe à la porte de l'Europe

Décrié lors de son lancement, mais validé par une récente étude scientifique, Sputnik V, le vaccin russe contre le Covid-19, veut faire son entrée en Europe. Des discussions sont en cours entre l'Institut Nikolaï Gamaleïa, qui développe le vaccin, et l'Agence européenne des médicaments (EMA). "Nous avons des interactions avec Gamaleïa", confirme Noël Wathion, directeur adjoint de l'EMA. "Nous négocions le dépôt d'un 'rolling review', la première étape de vérification des données avant l'introduction d'une mise sur le marché conditionnelle". Ces discussions ne préjugent pas d’une éventuelle autorisation. "On n’en est pas encore au stade de la demande, la firme a demandé un avis scientifique et nous négocions les données à échanger pour réaliser cette première étape".

Le premier vaccin à avoir été utilisé contre le coronavirus n'avait pas fait l'objet de tests suffisants avant d'être injecté à la population. Pourtant, une étude du journal scientifique The Lancet juge la formule efficace à 90%. La plupart des pays européens n'ont manifesté aucun intérêt pour le produit russe, l'Union européenne ayant négocié un portefeuille de plus de 2,3 milliards de vaccins auprès de six laboratoires.

Toutefois, certains pays, comme la Hongrie, la Serbie et peut-être l'Allemagne, envisagent de collaborer avec la Russie pour le développer. Budapest a déjà autorisé le vaccin russe sur son territoire. En outre, les vaccins commandés par l'UE accusent des retards de livraison. Cette situation donne un avantage au Kremlin dans son bras de fer avec l'UE autour de la répression de l'opposition russe.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés