Négociations serrées en vue sur le certificat vaccinal européen

L'Europe veut se doter d'un certificat vaccinal d'ici l'été. ©Photo News

Les eurodéputés, en session cette semaine, décideront mercredi de quel type de certificat vaccinal ils veulent en Europe. Des négociations commenceront ensuite avec les 27 États de l'UE. Les délais sont serrés.

L'Union européenne veut adopter "avant la fin juin" son certificat vert numérique, un instrument proposé par la Commission européenne pour permettre de voyager à nouveau malgré la pandémie. L'idée est de redémarrer les voyages dès l'été, relancer le tourisme et faciliter les déplacements des frontaliers. Pour obtenir son sésame, le voyageur devra prouver qu'il est vacciné contre le Covid-19, ou, à défaut, qu'il s'est remis de la maladie ou présenter un résultat de test négatif.

"Les tests PCR doivent être gratuits."
Sophie in't Veld
Eurodéputée libérale (Renew Europe)

Les délais sont serrés. La procédure législative impose l'accord du Parlement et du Conseil européen, l'instance représentant les 27 États de l'UE. Or, des divergences subsistent entre les deux institutions, que des négociations devront aplanir en peu de temps. Les députés européens, en session cette semaine, décideront mercredi d'un mandat de négociation avec le Conseil.

300
euros
Alors que les tests PCR sont gratuits en France, leur prix peut s'élever jusqu'à 300 euros dans d'autres pays de l'UE.

Risque de discrimination

L'une des pierres d'achoppement porte sur le caractère non discriminatoire du certificat vaccinal. Pour les eurodéputés, il devra rétablir la libre circulation sur le territoire de l'UE, sans discrimination. Or, après 5 mois de vaccination, à peine 20% des Européens sont vaccinés, et les prix des tests PCR sont élevés. Quant aux États, ils adoptent depuis le début de la pandémie des mesures de restrictions différentes.

"Les tests PCR doivent être gratuits", martèle l'eurodéputée Sophie in't Veld (RE). "C'est le cas en France, en partie en Allemagne. Mais dans de nombreux pays, les gens doivent payer." Ces prix peuvent aller jusqu'à 300 euros.

"La libre circulation a été maltraitée depuis le début de la pandémie à cause de mesures unilatérales prises par les États."
Juan Fernando Lopez Aguilar (S&D)
président de la commission des Libertés civiles du Parlement européen

Les eurodéputés devraient voter mercredi en faveur de cette gratuité. "Nous sommes unis là-dessus, les tests PCR devront être gratuits", affirme Tineke Strik (Verts).

Surveiller sans abus

Les députés insistent pour qu'il n'y ait plus de nouvelles restrictions imposées aux frontières aux détenteurs du certificat vaccinal. "La libre circulation a été maltraitée depuis le début de la pandémie à cause de mesures unilatérales prises par les États", déplore Juan Fernando Lopez Aguilar (S&D), président de la commission des Libertés civiles, "il ne peut plus y avoir de restriction additionnelle".

Autre sujet de tension: la durée du certificat. Pour le Conseil, le certificat vaccinal cessera dès que l'OMS déclarera la fin de la pandémie. Pour les députés et la Commission, sa durée ne doit pas excéder un an.

Les élus s'inquiètent aussi de l’utilisation des données à caractère personnel. Les Vingt-Sept ont ajouté au texte initial une disposition permettant d'utiliser les données à d'autres fins. "Les États ne pourront pas abuser de ce système, il appartiendra aux parlements nationaux de le vérifier", dit Sophie in't Veld.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés