Nicolas Sarkozy écope d'une peine de prison dans l'affaire des "écoutes"

Le parquet national financier avait requis quatre ans de prison, dont deux avec sursis, contre l'ancien président français Nicolas Sarkozy. ©REUTERS

Nicolas Sarkozy a été condamné lundi à trois ans de prison, dont deux avec sursis, pour corruption et trafic d'influence dans l'affaire dite des "écoutes", une première pour un président de la Ve République. Son avocate a annoncé qu'il ferait appel.

Le tribunal correctionnel de Paris a rendu son délibéré, ce lundi, dans le procès des "écoutes", une affaire de corruption et de trafic d'influence pour laquelle le parquet national financier (PNF) avait requis quatre ans de prison, dont deux avec sursis, contre l'ancien président Nicolas Sarkozy.

Après délibérations, l'ancien chef de l'État a été condamné à trois ans d'emprisonnement, dont un ferme, pour corruption et trafic d'influence dans l'affaire dite "des écoutes", née en 2014 d'interceptions téléphoniques avec son avocat historique Thierry Herzog. Son avocate a annoncé qu'il ferait appel.

Un "pacte de corruption"

L'ancien chef de l'État a été reconnu coupable d'avoir promis d'aider un ancien magistrat, Gilbert Azibert, à obtenir un poste à Monaco en échange d'informations confidentielles au sujet d'une enquête sur des soupçons de versements illégaux qu'il aurait reçus de la milliardaire Liliane Bettencourt, héritière de L'Oréal, pour le financement de sa campagne électorale de 2007.

L'accusation s'est notamment appuyée sur des échanges téléphoniques entre l'ancien chef de l'État et son avocat, Thierry Herzog, par le biais d'une ligne téléphonique enregistrée au nom de Paul Bismuth.

Gilbert Azibert et Thierry Herzog ont eux aussi écopé de trois ans de prison, dont deux avec sursis. Thierry Herzog a en outre reçu une interdiction d'exercer la profession d'avocat pour cinq ans.

Nicolas Sarkozy comparaîtra de nouveau devant la justice dès le 17 mars, cette fois dans l'affaire Bygmalion, pour des soupçons de financement illégal de sa campagne en 2012.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés