Orban s'en prend au cdH et au CD&V, Lutgen réplique

Le Premier ministre hongrois Viktor Orban. ©AFP

Pour le Premier ministre hongrois, les partis centristes belges, qui veulent exclure sa propre formation politique du PPE au Parlement européen, sont des "idiots utiles". Wouter Beke et Benoît Lutgen réagissent.

Dans une interview au journal allemand Welt am Sontag, le Premier ministre hongrois Viktor Orban s'en prend au cdH et au CD&V, deux partis qui demandent l'exclusion de la formation politique du dirigeant hongrois du PPE au Parlement européen.

La polémique a commencé avec une campagne d'affichage lancée par le gouvernement hongrois sur le thème de l'immigration. Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, et le milliardaire George Soros, grand opposant au régime d'Orban, y sont dépeints comme les instigateurs d'une immigration illégale organisée.

Au Parlement européen, le parti hongrois Fidesz, présidé par Viktor Orban, appartient au PPE (Parti populaire européen), dont fait également partie Jean-Claude Juncker.

A cause de la campagne d'affichage hongroise, plusieurs partis au sein du PPE envisagent une procédure d'exclusion du Fidesz. Pour qu'une telle procédure démarre, il faut que la demande émane d'au moins sept partis issus de cinq pays minimum.

Parmi les partis qui s'opposent ainsi frontalement à Viktor Orban figurent le parti luxembourgeois CSV, dont Jean-Claude Juncker est membre, mais aussi ses alliés belges, le cdH et le CD&V.

Dans le Welt am Sontag, le Premier ministre hongrois tourne les deux partis centristes en dérision, les qualifiant d'"idiots utiles". "En réalité, c'est la gauche qui est derrière ces attaques", affirme Orban. "Pas pour nous affaiblir mais pour affaiblir le PPE." Selon lui, l'exclusion du Fidesz ne serait "pas une alternative rationnelle" mais ne servirait que les intérêts d'opposants.

L'ancien président du cdH Benoît Lutgen s'est tourné vers le réseau social Twitter pour réagir en citant l'auteur français Georges Courteline: "Passer pour un idiot aux yeux d’un imbécile est une volupté de fin gourmet".


Le président du CD&V Wouter Beke a également réagi sur Twitter. "L'interview d'Orban au Welt am Sonntag est à nouveau pleine de #fakenews et démontre pourquoi nous tirons un trait", écrit le social-chrétien flamand. "Avec le Brexit à venir, les défis climatiques, les questions sécuritaires... nous avons besoin de bâtisseurs, pas de démolisseurs. @cdenv veut un PPE de bâtisseurs."

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect