Philip Morris fiche les eurodéputés

©BELGA

Les services internes du cigarettier Philip Morris ont sondé les parlementaires européens afin de déterminer leur prédisposition à reporter le vote de la directive européenne sur le tabac, ou à l'amender. Au niveau belge, Marianne Thyssen et Frédérique Ries ont notamment été sondées.

Les services internes du cigarettier Philip Morris ont sondé les parlementaires européens afin de déterminer leur prédisposition à reporter le vote de la directive européenne sur le tabac, ou à l'amender. Le numéro un mondial du tabac épingle les eurodéputés en vert, orange ou rouge selon leur proximité avec ses thèses.

Plusieurs Belges sont épinglés dans les documents confidentiels internes de Philip Morris, que Le Soir a pu consulter. Marianne Thyssen, ancienne présidente du CD&V, obtient par exemple une note défavorable pour une possible présidence de commission. "Ce qu'elle a laissé filtrer de ses positions en matière de santé ne laisse rien augurer de bon pour les intérêts du marchand de nicotine", écrit Le Soir.

Frédérique Ries (MR) est également considérée comme contraire aux thèses du cigarettier tandis que le bulletin de la parlementaire Anne Delvaux (cdH) reste blanc, car son opinion n'a pas encore pu être évaluée.

Mais les lobbyistes du cigarettier ne se contentent pas d'évaluer l'avis du parlementaire, écrit le journal. Ils ont déjà rencontré 257 élus européens "de manière approfondie". Philip Morris indique cependant que ce travail est conforme aux règles qui encadrent les activités de lobbying à Bruxelles.

La directive européenne impose notamment le recouvrement de 75% de la surface des paquets de cigarette avec des mises en garde sanitaires.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés