Pour Moscou, Londres n'est pas si innocente que cela dans l'affaire Skripal

Sergeï Lavrov ©AFP

Alors que l'affaire Skripal agite les capitales mondiales depuis un mois, la Russie n'en démord pas. Elle n'a rien à voir dans cette affaire. Pour Moscou, cela pourrait très bien être Londres elle-même qui se cache derrière cet empoisonnement.

Affaire Skripal, suite et pas fin. En ce lundi de Pâques, c'est le chef de la diplomatie russe qui en remet une couche. Il insinue que cela pourrait très bien être Londres qui se trouve être derrière l'empoisonnement de l'ex-espion russe Sergueï Skripal.

La raison est très simple pour Sergueï Lavrov. Il s'agit du Brexit. L'empoisonnement "pouvait être dans l'intérêt du gouvernement britannique, qui s'est trouvé dans une position inconfortable en étant dans l'incapacité de remplir ses promesses faites aux électeurs sur les conditions du Brexit". "Cela pouvait aussi être dans l'intérêt des services spéciaux britanniques, qui sont connus pour leur capacité à agir avec permis de tuer", a-t-il ajouté

L'empoisonnement "pouvait être dans l'intérêt du gouvernement britannique, qui s'est trouvé dans une position inconfortable en étant dans l'incapacité de remplir ses promesses faites aux électeurs sur les conditions du Brexit".
Sergueï Lavrov

Selon lui, Moscou n'avait aucune raison à la veille de la présidentielle et à quelques mois du Mondial de football en Russie d'empoisonner l'ex-agent double, qui avait été condamné pour trahison avant de faire l'objet d'un échange de prisonniers en 2010.

Selon Lavrov, une "attaque sophistiquée" sur Sergueï Skripal telle qu'aurait pu mener un pays comme la Russie aurait abouti à une "mort immédiate" de la personne visée, or l'ex-espion de 66 ans a survécu et reste hospitalisé dans un état critique mais stable.

Sergueï Skripal a été empoisonné avec sa fille Ioulia le 4 mars à Salisbury, en Angleterre, avec un agent innervant issu, selon les autorités britanniques, d'un programme chimique nucléaire soviétique. Pour Londres, la responsabilité de Moscou dans cet empoisonnement à l'aide d'un agent innervant, qui a provoqué entre Moscou et l'Occident une des pires crises diplomatiques de ces dernières années, est "la seule explication plausible".


Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés