Publicité
mon argent

Pourquoi le city-trip à Londres ne fait plus du tout rêver

©Bloomberg

Passeport obligatoire dès ce vendredi, restrictions sanitaires drastiques, pénuries… Le city-trip à Londres fait-il encore rêver? Reste-t-il possible?

Londres figure depuis toujours dans le Top 3 des destinations de city-trips les plus prisées d'Europe. Mais depuis le Brexit et le covid, on ne traverse plus la Manche comme si de rien n’était et cela change tout.

Destination "hors jeu"

Chez les tour-opérateurs actifs en Belgique, cette destination est pour l’instant quasiment hors-jeu. Les réservations ont chuté de 80%, alors que celles pour les voyages en Europe repartaient à la hausse (+35% par rapport à la même période de 2020), constate Frank Bosteels, porte-parole de Connections.

"Le passeport n’est qu’un obstacle supplémentaire... Le plus dissuasif, c’est ce test à effectuer après 48h , qu’il faut impérativement avoir réservé et payé."
Anne-Sophie Snyers
Secrétaire générale de l'UPAV

"La situation est au point mort et cette destination n’est pas mise en avant", résume Anne-Sophie Sneyers, secrétaire générale de l’UPAV (Union professionnelle des agences de voyage). TUI , par exemple "a annulé tous ses city-trips vers Londres jusqu’au 19 octobre et réévalue la situation de semaine en semaine. Le Royaume-Uni annoncera de nouvelles mesures lundi, mais nous n’avons encore aucun détail", déclare Sarah Saucin, responsable presse et communication.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que les contraintes évoquées par les professionnels sont de nature à calmer les ardeurs des plus enthousiastes.

Passeport obligatoire

À partir de ce 1er octobre, il faut être en possession d’un passeport valide pour les séjours de courte durée au Royaume-Uni. Dans le cadre d’une procédure normale (5 jours ouvrables) un passeport coûte 65 euros, sans compter la taxe parfois élevée, appliquée par les communes.

"Cette obligation a un impact direct. La majorité des Belges n’est pas en possession d’un passeport international en cours de validité. En plus, il faut compter avec les règles sanitaires qui représentent un budget conséquent, a fortiori si on voyage en famille", contextualise Franck Bosteels, porte-parole de Connections.

Restrictions sanitaires drastiques

Cela s'ajoute, en effet, à des restrictions sanitaires délirantes. "Les conditions actuelles de voyage peuvent freiner pas mal de monde: test avant le départ et test après 2 jours sur place, y compris pour les personnes vaccinées, test après 8 jours sur place et quarantaine de 10 jours pour les non-vaccinés), et test et quarantaine au retour (pour tous) vu que le Royaume-Uni est hors UE", énumère Sarah Saucin.

-80%
Les réservations
Les réservations pour la Grande-Bretagne ont chuté de 80% alors qu'elles ont augmenté de 35% pour les pays d'Europe (comparé à la période correspodante de 2020).

"Le passeport n’est finalement qu’un obstacle supplémentaire... Le plus dissuasif, c’est ce test à effectuer après 48h et qu’il faut impérativement avoir réservé et payé. Impossible de monter à bord de l’Eurostar si vous n’en apportez pas la preuve. C’est d’autant plus absurde pour ceux qui vont à Londres pour un jour", déplore Anne-Sophie Sneyers.

"Les courts séjours, qui sont très fréquents pour les groupes scolaires et les city-trips notamment, sont particulièrement pénalisés par les surcoûts générés par le passeport et le test prépayé", poursuit-elle. "Nous avons introduit une demande aux Affaires étrangères pour la levée de ces obligations pour ces courts séjours, mais curieusement nous n’avons pas l’impression que les Britanniques soient très demandeurs."

"L'absence de touristes devrait accentuer la baisse des prix entamée durant la pandémie et la livre sterling devrait se replier davantage."
Frank Bosteels
Porte-parole de Connections

Impact sur les prix

"À Londres, les hôtels sont chers. Mais l'absence de touristes devrait accentuer la baisse des prix initiée durant la pandémie. Et selon toute attente, la livre sterling devrait se replier davantage dans les mois à venir. Voilà qui offrirait davantage d’opportunités aux touristes disposant d’un passeport…", conclut Frank Bosteels.

Alternatives

Tandis que certaines destinations trinquent, d’autres semblent trouver leurs marques sur la base de nouveaux critères de choix. "Nous constatons une percée des city-trips dans les pays d’Europe de l’Est. Berlin, Prague, et Vienne surtout, où le train de nuit est un énorme succès. Les destinations que l’on peut rejoindre par un mode de transport alternatif semblent promises à un bel avenir", déclare Anne-Sophie Snyers.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés