Préparer un Brexit dur, une "priorité"

©EPA

"Les ministres acceptent le fait que la préparation à un Brexit sans accord est une priorité opérationnelle". Ces propos sont ceux d'un des ministres de Theresa May.

Réunion du gouvernement britannique autour de Theresa May ce mardi. A l'agenda: les préparatifs en cas de Brexit sans accord. L'impasse actuellement rencontrée au parlement sur le projet d'accord de la Première ministre rend ce scénario de plus en plus probable.

En début d'après-midi, on apprenait que les ministres avaient accepté le fait que se préparer à une telle éventualité était une priorité. "Notre première priorité reste de sécuriser l'accord", indique Stephen Barclay, ministre du Brexit.

Alors que l'on est à un peu plus de 100 jours de la date du Brexit, prévu pour le 29 mars en fin de journée, Theresa May peine à convaincre les députés de la Chambre des Communes de voter en faveur du projet d'accord conclu avec l'Union européenne au mois de novembre.

Lundi, elle a annoncé que le vote au parlement, qui aurait dû se tenir le 11 décembre mais qu'elle a décidé de reporter par crainte d'être désavouée, interviendrait finalement dans la troisième semaine de janvier. Cette perspective relativement lointaine a conduit certains députés à accuser la Première ministre de vouloir, en jouant la montre, forcer le parlement à la soutenir.

"Accélérer les préparatifs"

Theresa May, qui a surmonté la semaine dernière une motion de défiance au sein de son Parti conservateur, a averti les députés que les seules possibilités qui existaient, en dehors de son accord, seraient celle d'un Brexit sans accord, ou pas de Brexit du tout.

"Il est tout à fait juste que nous accélérions les préparatifs en vue d'un retrait sans accord. Non seulement nous devons préparer le pays, mais c'est aussi la meilleure manière de garantir que nous ayons un accord",  estime la ministre chargée du Développement international, Penny Mordaunt.

Le ministre du Logement, James Brokenshire, explique à la BBC-radio que le gouvernement se préparait à un Brexit sans accord "à contrecoeur". "Ce n'est pas ce que nous souhaitons faire, ce n'est pas ce que nous attendons de faire parce que nous voulons que l'accord soit entériné par le parlement, mais je pense qu'il est bon et approprié que nous poursuivions les préparatifs d'un retrait sans accord."

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect

Messages sponsorisés

n