Reprise: "Il est trop tôt pour crier victoire"

Olli Rehn ©EPA

Oui, la zone euro sortira bien de récession l'an prochain. mais la reprise sera moins forte que prévu.

La zone euro sortira bien de la récession l'an prochain, mais connaîtra une reprise un peu moins forte que prévu, avec une croissance de 1,1%, selon les dernières prévisions économiques de la Commission européenne publiées mardi. La dernière estimation publiée au printemps faisait état d'une croissance de 1,2% en 2014.

La croissance des 17 pays de l'Union monétaire devrait ensuite accélérer en 2015, avec un PIB prévu en hausse de 1,7%, selon les estimations de la Commission.

L'assainissement budgétaire devrait se poursuivre à l'échelle de la zone euro, avec un déficit public estimé à 3,1% du PIB cette année, 2,5% l'an prochain et 2,4% en 2015. Mais les disparités sont énormes selon les pays avec des dérapages à attendre en France et en Espagne notamment.

"Il est trop tôt pour crier victoire", a souligné M. Rehn, alors que "le taux de chômage reste à des niveaux inacceptables", au-dessus de 12%. "C'est pourquoi nous devons continuer à travailler pour moderniser l'économie européenne, pour obtenir une croissance durable et des créations d'emplois", a-t-il ajouté.

La reprise sera soutenue l'an prochain par la bonne santé de l'Allemagne qui devrait afficher une croissance de 1,7% en 2014 (au lieu de 1,8% envisagé précédemment), puis de 1,9% en 2015.

Deuxième économie de la zone euro, la France ne devrait finalement pas être en récession cette année, a estimé la Commission européenne, tablant sur une croissance de 0,2% (au lieu d'une baisse du PIB de 0,1% envisagé au printemps). C'est légèrement mieux que ce que prévoit actuellement le gouvernement français (+0,1%).

Pour 2014 et 2015, la Commission table pour la France sur une croissance de 0,9% (contre 1,1% envisagé jusqu'ici) puis de 1,7%. Des chiffres conformes aux prévisions du gouvernement français.

Deux pays de la zone euro seront encore en récession l'an prochain:

  • Chypre, qui a bénéficié d'un plan d'aide financière au printemps en échange de conditions draconiennes, et
  • la Slovénie, qui pourrait à son tour avoir besoin d'un plan d'aide en raison des difficultés de son secteur bancaire.

Le PIB chypriote devrait reculer de 8,7% cette année, de 3,7% en 2014 avant de renouer avec la croissance en 2015, avec un PIB en hausse de 1,1%. Concernant la Slovénie, le PIB devrait reculer de 2,7% cette année, de 1,0% l'an prochain avant de repartir en hausse en 2014 (+0,7%).

La plus forte croissance viendra l'an prochain de la Lettonie, qui fera son entrée au 1er janvier dans le club de l'euro. Le PIB progressera de 4,1% en 2014, puis 4,2% en 2015, selon les prévisions de la Commission européenne.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés