Retraites: Sarkozy ne plie pas

Au sortir du conseil des ministres, le président français Nicolas Sarkozy a réaffirmé sa volonté de mener la réforme des retraites à son terme, et ce malgré la poursuite des mouvements de protestation partout dans le pays.

Le gouvernement français s'est réunit ce mercredi matin afin d'évaluer la situationau lendemain de la quatrième journée de protestation face au projet de relèvement de l'âge de la retraite.

Le président français Nicolas Sarkozy a redit sa volonté de conduire jusqu'au bout sa réforme des retraites, malgré une contestation qui a atteint un niveau de mobilisation record mardi et la poursuite de la grève dans les chemins de fer et les raffineries. Le président a dit "que c'était un devoir de réaliser cette réforme et qu'on la mène donc jusqu'au bout", a rapporté à la presse la secrétaire d'Etat à la Famille, Nadine Morano, après une réunion du conseil des ministres.

"Ce n'est pas la protestation de la rue qui fait qu'on doit revenir sur une réforme qui est indispensable", a-t-elle poursuivi, quelques jours avant une nouvelle journée de manifestations prévue samedi.

Nicolas Sarkozy, qui a fait de cette réforme le symbole de son engagement à changer la France, a concédé jusqu'ici quelques aménagements mais n'entend pas revenir sur le coeur du projet, le report de l'âge de départ à la retraite (de 60 à 62 ans pour l'âge minimal, de 65 à 67 ans pour une retraite à taux plein). Ces dispositions clés ont déjà été adoptées par les parlementaires.

Mardi, pour la quatrième journée d'action depuis début septembre contre cette réforme impopulaire, entre 1,2 et 3,5 millions de personnes (selon les sources) ont manifesté. Ce qui constitue un niveau record de mobilisation. Et, fait nouveau, les jeunes ont fait leur entrée dans la contestation. Mercredi, le nombre de salariés qui reconduisaient la grève de la veille était très limité.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés