Publicité
interview

Reynders: "L'Europe doit tirer des leçons de cette crise sur sa manière de fonctionner"

Le commissaire européen à la Justice et à l'État de droit, Didier Reynders, au Parlement européen à Strasbourg. ©REUTERS

Pour Didier Reynders, la gestion de la crise sanitaire a démontré que lorsqu’il existe une réelle volonté politique, l'Europe peut avancer.

Le commissaire européen à la Justice et à l'État de droit, Didier Reynders (MR), a accepté de réagir pour L'Echo aux propositions lancées mercredi par la présidente de la Commission Ursula von der Leyen pour renforcer l'autonomie de l'Union européenne (UE) lors de son discours sur l'état de l'Union.

Que retenez-vous du discours d'Ursula von der Leyen?

Comme citoyen européen, ce qui me frappe le plus c'est cette idée de confiance dans ce que nous pouvons réaliser.

"Comme citoyen européen, ce qui me frappe le plus c'est cette idée de confiance dans ce que nous pouvons réaliser."

Il y a eu beaucoup de discussions au début de la crise, mais quand on voit la capacité de produire des vaccins, de financer la recherche, d'être à 70% de la couverture vaccinale en Europe, et le fait d'être les seuls à avoir joué le jeu de l’exportation dans le monde, tout cela est assez satisfaisant.

Même chose à propos du certificat sanitaire, un domaine qui me concerne encore plus. On était aussi parti d'une page blanche et les débats étaient très agités. Maintenant, on a émis plus de 400 millions de certificats sanitaires, et cela marche partout.

Cette confiance tranquille nous permet aujourd'hui de faire un certain nombre de propositions pour renforcer notre autonomie.

L'UE était désunie au début de la crise. Chaotique. Qu'est-ce qui fait que l'alchimie a pris?

Beaucoup d'États membres se sont rendu compte qu'ils n'y arriveraient pas seuls.

"Beaucoup d'États membres se sont rendu compte qu'ils n'y arriveraient pas seuls."

J'ai le sentiment qu'on a vu jouer la subsidiarité à l'envers. Au lieu de laisser les autorités locales agir, on s'est rendu compte que lorsqu'une crise est trop forte, on est dépassé et qu'il vaut mieux reposer sur des organisations comme l'UE.

Dans quel autre secteur l'Europe va-t-elle se renforcer?

On va le faire aussi pour les semi-conducteurs. C'est frappant de voir comme les chaînes de production en Europe ne tournent pas à leur pleine capacité, alors que la Chine domine le marché. Ici aussi, on peut à nouveau se projeter vers l'avenir, comme on l'a fait avec Galileo. À l'époque, c'était une saga incroyable. Aujourd'hui, 2 milliards de smartphones sont gérés à travers Galileo.

L'Europe doit tirer des leçons de cette crise sur sa manière de fonctionner. J'espère qu'on va pouvoir définir rapidement une politique industrielle sur les semi-conducteurs.

L'UE réagit bien quand elle est dans l'urgence. Mais dès qu'on passe à des questions de long terme, comme la défense européenne et la migration, cela n'avance plus...

J'en suis conscient, mais il faut faire la part des choses. Nous avons proposé un pacte migratoire, mais il faut voir s'il y a une réelle volonté d'avancer de la part des États membres. Pourtant, il le faut. Regardez la crise afghane, l'Europe doit pouvoir montrer qu'elle peut accueillir, par exemple, les procureures femmes en danger.

"Pourquoi ne pourrait-on pas faire en défense et en migration ce qu'on vient de faire en matière de santé?"

Après ce qui s'est passé à Kaboul, le retrait américain précipité et sans les Européens, va-t-on enfin être capable de mettre sur pied une force de réaction rapide européenne? Pour l'instant, on ne l'a jamais fait. Pourtant, on a des outils, comme l'Eurocorps et les "battle group". Développons ces capacités. Et sur ce point, il pourrait y avoir du changement. La présidente a annoncé un sommet sur la défense en 2022.

Comme je viens de le dire, ce que je retiens de cette journée, c'est l'élément de confiance. Pourquoi ne pourrait-on pas faire en défense et en migration ce qu'on vient de faire en matière de santé?

Ursula von der Leyen a aussi évoqué les violations de l'État de droit par la Pologne et la Hongrie, sans les citer. Comment voyez-vous la suite?

Concernant la Pologne, je viens de demander des sanctions financières pour qu'elle respecte l'indépendance des juges, puisque la cour m'a donné l'habilitation de le faire. Les décisions devraient tomber début octobre.

"Tant que la Pologne n'évoluera pas sur l'indépendance de la Justice et que la Hongrie n'évoluera pas sur la lutte contre la corruption, les plans de relance seront toujours en attente."

À côté de cela, il y a les plans de relance. Tant que la Pologne n'évoluera pas sur l'indépendance de la Justice et que la Hongrie n'évoluera pas sur la lutte contre la corruption, les plans de relance seront toujours en attente. Et si nous ne sommes pas satisfaits, nous irons au Conseil européen.

Vous n'avez pas confiance dans la capacité de la Hongrie à lutter contre la corruption?

On parle de fonds qui atterrissent dans les structures menées par les oligarques proches du gouvernement. C'est pourquoi nous demandons de la transparence.

Pensez-vous que les échéances électorales en Allemagne et en France impactent le processus de décision européen?

Il y aura des élections un peu partout en Europe. Ce qu'on va voir, c'est s'il existe une réelle capacité de rassembler. Cela ne devrait pas poser de problème sur le pacte vert et le numérique. On pourrait en avoir un peu plus sur la défense, la migration et l'État de droit.

Les phrases clés

  • "Cette confiance tranquille nous permet aujourd'hui de faire un certain nombre de propositions pour renforcer notre autonomie."
  • "On a émis plus de 400 millions de certificats sanitaires, et cela marche partout."
  • "Il faut que l'Europe tire des leçons de cette crise sur sa manière de fonctionner."
  • "Pourquoi ne pourrait-on pas faire en défense et en migration ce qu'on vient de faire en matière de santé?"
  • "Il y aura des élections un peu partout en Europe. Ce qu'on va voir, c'est s'il existe une réelle capacité de rassembler."

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés