Roumanie: le parti du Premier ministre gagne les élections

©EPA

L'USL, le parti du Premier ministre roumain, gagne les législatives, emportant entre 54% et 58% des voix. Les intempéries ont dissuadé les électeurs de ses rendre aux runes. Le taux de participation n'était que de 37%.

L'Union sociale-libérale (USL, gauche) du Premier ministre Victor Ponta a remporté nettement les élections législatives de dimanche face à l'opposition de droite proche du président Traian Basescu, selon des sondages réalisés à la sortie des urnes.

Le chef du gouvernement a estimé que sa victoire donnait à son parti un mandat pour les quatre prochaines années et la capacité de mener à bien des projets à long terme.

Il s'est dit en situation de continuer à diriger le gouvernement, mais, selon des analystes, le président Basescu pourrait nommer une autre personnalité de l'USL pour former le gouvernement.

"Nous avons un énorme avantage. A partir de demain, nous pouvons parler de projets pour les quatre prochaines années (...) parce que nous avons la paix et la stabilité", a déclaré Victor Ponta à la presse de sa circonscription à Targu Jiu.

L'USL a remporté entre 54% et 58% des suffrages selon trois enquêtes réalisées à la sortie des bureaux de vote et devrait donc obtenir la majorité des sièges à la chambre.

L'Alliance Roumanie droite (ARD), nouvelle formation proche du président et regroupant des partis de centre droit remporterait 19% des voix, tandis que le populiste Dan Diaconescu, partisan de fortes baisses d'impôts, arriverait troisième avec 10% à 13%.

Victor Ponta avait tenté en vain de faire destituer Traian Basescu en juillet. Les deux dirigeants ont ensuite poursuivi leur difficile cohabitation.

"2012 a été l'année de la victoire contre Traian Basescu et 2013 doit être l'année de la victoire contre la crise économique et la pauvreté", a déclaré aux journalistes Crin Antonescu, co-leader de l'USL, après la publication des sondages sortie des urnes.

Les premiers résultats officiels sont attendus lundi matin.

Les intempéries ont dissuadé les électeurs de ses rendre aux runes. Le taux de participation n'était que de 37% en début de soirée.

Ce faible intérêt des Roumains pour le scrutin reflète aussi la défiance de la population par rapport à une classe politique qu'elle estime largement corrompue.

L'ancien pays communiste a réalisé des progrès dans certains domaines depuis le changement de régime et le renversement du dictateur Nicolae Ceausescu en 1989, mais le pays reste le plus pauvre de l'Union européenne dont il est membre depuis 2007.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés