Publicité

Royaume-Uni et Europe proches d'un accord sur la frontière irlandaise

Les préparatifs du premier ministre britannique Theresa May en vue d'un accord final avec l'UE sont plus avancés que ce qui avait été annoncé, affirme le Sunday Times. ©Photo News

Pierre d'achoppement dans les négociations, la question serait près d'être résolue grâce à une union douanière temporaire, affirme le Sunday Times.

Selon un nouvel accord intervenu entre Londres et Bruxelles, la Grande-Bretagne resterait dans une union douanière temporaire avec l'Union européenne après le Brexit, affirme ce dimanche le Sunday Times. L'idée? D'éviter une frontière coupant l'île d'Irlande entre le Nord, membre du Royaume-Uni, et le Sud.

La Première ministre britannique Theresa May aurait ainsi obtenu des concessions de l'Union européenne, l'UE ayant accepté d'inscrire une union douanière pour "l'ensemble du Royaume-Uni" dans l'accord de divorce, selon des sources proches du dossier citées par l'hebdomadaire.

Ce serait une avancée importante, la frontière irlandaise constituant l'un des principaux obstacles à un accord sur le Brexit. En cause, le fait qu'aucune des parties ne souhaite rétablir une frontière physique entre l'Irlande et l'Irlande du Nord par peur de compromettre l'accord de paix ayant mis fin à des décennies de violences communautaires.

Vérications de marchandises en usines et magasins

Selon cet accord, l'Union européenne accepterait que les vérifications des marchandises soient faites dans les usines et magasins plutôt qu'à la frontière, écrit le Sunday Times.

Le porte-parole de la Première ministre n'a pas confirmé l'information, la qualifiant de "spéculation", selon la chaîne de télévision Sky News.

Le 2 novembre, le chef de la diplomatie irlandaise, Simon Coveney, et David Lidington, le secrétaire d'Etat auprès du cabinet de Mme May, avaient assuré que Dublin et Londres étaient "très près" de s'accorder sur la manière de maintenir une frontière ouverte sur l'île d'Irlande après le Brexit, principal obstacle à la conclusion d'un accord sur le retrait du Royaume-Uni de l'Union européenne.

Le Brexit est prévu le 29 mars 2019.

Appels des patrons

Plus de 70 personnalités du monde des affaires ont signé une lettre dans le Sunday Times en vue de réclamer un vote du public sur les termes définitifs de la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne.
Et pour cause, les entreprises sont de plus en plus préoccupées par la perspective d'un Brexit sans accord le 29 mars 2019 au soir ou avec un accord qui limiterait leur accès au marché continental.
Parmi les signataires de cet appel figurent le patron de la chaîne de librairies Waterstones et l'ancien patron du groupe de supermarchés Sainsbury, Justin King.
Ensemble, ils annoncent le lancement d'un groupement appelé "Entreprises pour un vote populaire".

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés