Sarkozy veut placer l'un de ses proches à la BCE

En échange de son soutien à un candidat allemand à la succession de Jean-Claude Trichet à l'automne 2011, le président français souhaiterait faire nommer au directoire de la banque Xavier Musca, secrétaire général adjoint de la présidence de la République, croit savoir le quotidien allemand qui cite des "sources européennes".

Le président français Nicolas Sarkozy entend placer l'un de ses proches collaborateurs au sein du directoire de la BCE, l'organe exécutif permanent de la banque centrale, après le départ de son actuel président Jean-Claude Trichet, selon le Handelsblatt paru mercredi.

Le candidat de M. Sarkozy est Xavier Musca, secrétaire général adjoint de la présidence de la République et l'un des principaux conseillers du président français en matière économique, croit savoir le quotidien allemand qui cite des "sources européennes".

Une nomination de M. Musca est la condition posée par M. Sarkozy pour soutenir la candidature d'un Allemand à la succession de M. Trichet, à l'automne 2011, poursuit le Handelsblatt.

Le directoire de la BCE, composé de six personnes, est l'organe exécutif permanent de l'institution de Francfort. En y ajoutant les gouverneurs des banques centrales des Etats membres de la zone euro, il forme le conseil des gouverneurs, l'instance qui fixe chaque mois le taux d'intérêt directeur dans l'union monétaire.

La bataille pour la succession de M. Trichet est déjà lancée, même si elle se déroule pour l'instant en coulisses.

L'un des favoris pour le poste est le président de la banque centrale allemande Axel Weber, considéré comme le candidat officieux de Berlin, mais ses prises de positions très conservatrices en matière économique en irritent plus d'un en Europe. M. Weber a ouvertement critiqué la mise en place par la BCE d'un programme d'achat d'obligations d'Etat pour calmer les inquiétudes suscitées par la crise grecque.

Une autre candidature en vue est celle du gouverneur de la banque centrale italienne Mario Draghi, soutenu officiellement par Rome.

Selon le Handelsblatt, Nicolas Sarkozy n'exclut pas de soutenir un candidat italien pour remplacer M. Trichet, si en échange l'Italie soutient l'entrée de M. Musca au sein du directoire.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés