Publicité
Publicité

Turquie: "Déjà 75.000 migrants vers l'UE"

Des migrants appréhendés par la police grecque près de Neo Cheimonio. ©AFP

Le gouvernement turc a envoyé plus de 75.000 migrants syriens vers l'Union européenne et lancé une offensive militaire contre le régime de Bachar al-Assad à Idleb. De son côté, l'agence européenne Frontex a relevé son niveau d'alerte à la frontière gréco-turque.

La Turquie a ouvert ses frontières avec l'Europe, vers la Grèce et la Bulgarie, laissant libre passage à des milliers de réfugiés et de migrants. Le gouvernement turc a annoncé dimanche qu'il avait déjà envoyé plus de 75.000 migrants syriens vers l'Union européenne. 

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a déclaré avoir "ouvert les portes" pour les migrants après la mort de dizaines de ses soldats dans des bombardements aériens du régime du président syrien Bachar al-Assad dans le nord de la Syrie.

La Grèce demande de l'aide

En réaction, l'agence européenne de contrôle des frontières Frontex a annoncé avoir déployé des renforts et relevé son niveau d'alerte à la frontière gréco-turque, où des milliers de migrants tentent d'entrer dans l'UE.

"Nous (...) avons remonté le niveau d'alerte pour toutes les frontières avec la Turquie", a déclaré une porte-parole de Frontex dans un communiqué. "Nous avons reçu une demande d'aide supplémentaire de la Grèce. Nous avons déjà pris des mesures pour redéployer de l'équipement technique et des agents supplémentaires en Grèce", a-t-elle ajouté.

Offensive militaire

La Turquie a aussi lancé une offensive militaire contre le régime de Bachar al-Assad à Idleb, dans le nord-ouest de la Syrie, en réponse à des attaques qui ont infligé de lourdes pertes à Ankara cette semaine.

"L'opération 'Bouclier du Printemps', déclenchée après l'attaque du 27 février à Idleb, se poursuit avec succès", a déclaré le ministre turc de la Défense Hulusi Akar, ajoutant qu'Ankara n'avait "pas l'intention" d'entrer dans une confrontation avec Moscou, soutien du régime syrien.

Il fait ainsi pression sur l'UE et les membres de l'Otan afin d'obtenir leur soutien dans ses opérations militaires en Syrie.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés