Un accord sur le Brexit est-il vraiment possible aujourd'hui?

Le négociateur en chef de l'UE, Michel Barnier, fera le point en début d'après-midi devant les ambassadeurs des 27. ©AFP

Certaines divergences sont aplanies et l'espoir perdure d'aboutir à un accord de sortie ordonnée de la Grande-Bretagne de l'UE.

Les discussions vont bon train à Bruxelles pour tenter de trouver un accord avec Londres sur le Brexit. Les négociateurs jugeaient possible de sortir de l'impasse avant le sommet européen de jeudi, à Bruxelles. Mais où en est-on?

Les discussions se concentrent sur deux points:

• la manière d'éviter le retour d'une frontière entre l'Irlande, membre de l'UE, et l'Irlande du Nord, partie du Royaume-Uni, tout en établissant des contrôles douaniers;
• le droit de regard accordé aux autorités nord-irlandaises sur l'accord de divorce dont les Européens ne veulent pas.

Que sait-on des avancées?

Pratiquement rien n'a filtré des négociations. "Johnson a modifié sa proposition originale afin qu'il n'y ait pas de frontière douanière" entre les deux Irlandes, avait indiqué mardi une source européenne. Ces concessions britanniques portent sur des postes de douane en mer d'Irlande entre le Royaume-Uni et l'Irlande du Nord, une taxe douanière pour tous les produits, pas de frontière entre les deux Irlandes, le remboursement des taxes par le Royaume-Uni si les produits restent en Irlande du Nord. L'Irlande du Nord resterait dans le territoire douanier du Royaume-Uni tout en appliquant les règles européennes pour les produits destinés à l'UE. 

Les intentions britanniques ont commencé à être traduites dans un texte juridique mais ça patine sur le fond.
Un diplomate européen

"Le dénouement n'est plus attendu aujourd'hui", a dit une source européenne à l'agence AFP. "Les intentions britanniques ont commencé à être traduites dans un texte juridique, mais ça patine sur le fond", a confié un diplomate européen.

De l'autre côté, les Britanniques se montrent plus positifs"Les équipes continuent à faire des progrès" et les discussions sont "constructives", a indiqué un responsable. Mais le ministre du Brexit Stephen Barclay a indiqué que Boris Johnson enverra la lettre de report samedi si aucun accord n'est conclu d'ici là. Preuve que ce n'est pas la grande confiance pour un accord dans les temps...

 

Deux rendez-vous ce mercredi

Le négociateur en chef de l'UE, Michel Barnier, doit faire un point à 17h devant les ambassadeurs des 27. A 17h15, Donald Tusk donnera une conférence de presse.

Dossier Brexit

Comment s'y retrouver dans l'imbroglio du Brexit? Toutes les infos et analyses dans notre dossier spécial >

Trois options sont sur la table: un accord, pas d'accord ou la poursuite des négociations après le sommet de jeudi-vendredi. Un Brexit clair et net le 31 octobre semble difficilement imaginable: si un accord tombe en "dernière minute", il restera de nombreux détails, techniques et légaux, à régler. Il semble donc qu'on n'échappera pas à l'extension.

"Si l'accord ne peut être conclu aujourd'hui ou demain avant le sommet, les dirigeants européens devront alors décider du type de mandat qu'ils veulent donner à Michel Barnier", avait rappelé mardi le ministre irlandais des Affaires étrangères, Simon Coveney. La règle est en effet de ne pas négocier pendant un sommet. L'hypothèse d'un sommet supplémentaire d'ici le 31 octobre circule.

Lire également

Publicité
Publicité