Un an de Macron, des réformes tous azimuts

Macron à Versailles, le 3 juillet 2017. ©AFP

C'était le dimanche 7 mai 2017 au Louvre. Macron célébrait sa victoire face à Marine Le Pen et devenait président de la République française. Un an après, qu'en est-il de ses réformes? Tour d'horizon.

1/ Réforme du Code du travail

Achevée en quelques semaines à l’automne, elle comprend aussi la limitation des indemnités de départ. Elle a été conduite à grande vitesse et par ordonnances. Elle a laissé le monde du travail bouche bée.

Le quiz ne s'affiche pas? Cliquez ici

2/ Réforme de l’assurance chômage

Le gouvernement a brandi la carotte et le bâton. L’assurance sera étendue aux indépendants et démissionnaires. Mais les chômeurs seront contrôlés et pourront être sanctionnés.

3/ Déficit sous les 3%

Même si le résultat est en bonne partie dû à la croissance retrouvée, le déficit public s’est inscrit juste en dessous de la sacro-sainte barre des 3% en 2017. Le phénomène devrait se reproduire en 2018 toujours pour les mêmes raisons. Moins pour les économies de fonctionnement.

4/ Suppression du RSI

Le régime social des travailleurs indépendants rejoint le régime général. Le fonctionnement du RSI avait mauvaise réputation. Créé en 2006, ce régime avait été qualifié de "catastrophe industrielle" par la Cour des comptes.

5/ Baisse des cotisations sociales

Elle concerne tous les actifs à partir du 1er janvier pour les cotisations sur la maladie et le chômage. Destinée à valoriser le travail, la CSG (cotisation sociale généralisée) est en revanche augmentée pour de nombreux retraités.

6/ Baisse de l’impôt sur les sociétés

Le taux d’impôt sur les sociétés passera de 33,33% à 25% en 2022.

Le taux d’impôt sur les sociétés (IS) passera de 33,33% à 25% en 2022. Selon le gouvernement, cette mesure pourrait contribuer à créer 260.000 emplois d’ici à 2025. La fin de l’exit taxe dès 2019 pourrait accélérer le mouvement.

7/ Suppression de la taxe d’habitation

C’est la mesure populaire par excellence qui devrait finalement contenter tous les Français d’ici la fin du quinquennat. Ecueil, le produit de cet impôt sert à financer les communes et la compensation financière n’est pas encore claire.

8/ Suppression de l’impôt sur la fortune

Supprimé depuis le 1er janvier, il sera remplacé par l’impôt sur la fortune immobilière et la plupart des revenus de l’épargne (IFI). Cette dernière mesure, autrement appelée flat tax, semble mécontenter les Français selon une étude menée en février 2018 par le Cecop et l’Ifop.

9/ Notre-Dame-des-Landes abandonné

La réalisation de ce nouvel aéroport faisait partie des promesses de campagne du candidat Macron. Le pilotage de l’abandon du projet a été confié à Edouard Philippe occasionnant un mécontentement chez les pro-aéroport, majoritaires après une consultation publique.

10/ Réforme de la SNCF

Le projet de loi portant sur le pacte ferroviaire a été adopté en première lecture par l’Assemblée nationale. Une grève portant sur trois mois d’action intermittente est en cours depuis le début du mois d’avril. Mais le gouvernement n’entend pas céder.

11/ Retour aux fondamentaux dans l’éducation

C’est le grand retour aux fondamentaux sous la houlette du très apprécié ministre Jean-Michel Blanquer. Lequel vient de donner des instructions précises au corps enseignant pour une acquisition de la lecture en mode b.a-ba.

12/ Réforme des universités

La réforme du baccalauréat, avec l’arrivée d’un grand oral et du contrôle continu ont marqué les esprits. En revanche, la réforme des universités et du système de sélection à l’entrée ont occasionné des blocages de facs.

13/ La fin de l’état d’urgence

La loi sur la sécurité intérieure a pris le relais de l’état d’urgence à l’automne 2017. La mise en place des contrôles administratifs et des mesures de surveillance individuelle qu’il contient a fait naître des inquiétudes chez les défenseurs des libertés publiques.

14/ La réforme de l’immigration

Avec une loi votée visant "en même temps" à mieux accueillir et mieux éconduire, l’exécutif a fait beaucoup de mécontents. À droite car pas assez radicale et à gauche car trop dure. Un député LREM, ex-socialiste, a même décidé de quitter le parti.

15/ La réforme de l’Europe peu suivie

Dès le mois de septembre 2017, Emmanuel a prononcé un vibrant plaidoyer pour une Europe qu’il entend réformer. Mais sa volonté est très peu suivie par les partenaires de l’Union européenne et notamment par la CDU, le parti d’Angela Merkel.

16/ Bombardements en Syrie

Sur ce dossier épineux, le président Macron ne pouvait se désister. Estimant qu’une ligne rouge avait été franchie par le gouvernement syrien, ordre a été donné en avril de participer à une action de bombardement (avec les Etats-Unis et la Grande- Bretagne) sur les sites suspects.

17/ Le budget Défense augmenté

Le chef de l’Etat français a décidé de porter à 2% le budget de la Défense pour 2025. L’effort global représentera à terme une enveloppe de 300 milliards d’euros. L’un des principaux engagements militaires de la France est au Mali afin d’y contenir le développement du risque terroriste.

18/ La réorganisation des institutions

Elle est lancée. Elle vise à diminuer la représentation parlementaire et à introduire une dose de proportionnelle. Le dilemme présidentiel porte sur le moyen de la réaliser en réunissant les deux chambres en congrès ou en prenant le risque d’un référendum.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés