Un nouveau round de négocations pour le TTIP

©Photo News

L'Europe et les Etats-Unis se sont mis d'accord pour reprendre les négociations autour de l'accord de libre échange et cela malgré les réticences de plusieurs Etats-membres.

C'est reparti pour un tour. A partir du 3 octobre prochain, Américains et Européens se retrouvent autour de la table des négociations pour poursuivre la confection du TTIP, l'accord commercial liant les deux zones géographiques.

Après une rencontre à Bruxelles jeudi entre la commissaire européenne au Commerce, Cécilia Malmström, et Michael Froman, représentant américain pour le commerce (USTR), l'exécutif européen a indiqué dans un communiqué escompter voir les deux "équipes faire le maximum de progrès possible lors du prochain round de négociations prévu la semaine du 3 octobre à New York".

La Belgique peu enthousiaste

Cette annonce survient au lendemain d'une nouvelle charge française contre le TTIP, le secrétaire d'Etat au Commerce extérieur, Matthias Fekl, ayant affirmé mercredi que ces négociations n'avaient plus le soutien politique de Paris, tout en reconnaissant que la Commission avait le droit de les poursuivre.

La Belgique s'est montrée discrète quant à l’attitude à adopter face à ces tractations peu populaires dans l'opinion publique. Il faut dire que le gouvernement digère à peine le dossier Caterpillar.

Contrairement à notre pays et à la France, douze nations européennes avaient affiché ce mercredi leur soutien à la Commission européenne pour la poursuite des négociations. Dans une lettre adressée à la commissaire Malmström, l'Italie, l'Espagne, le Portugal, le Danemark, la Finlande, la Suède, la Grande-Bretagne, l'Irlande, la République tchèque, l'Estonie, la Lettonie, la Lituanie s'étaient prononcés en faveur d'une poursuite des négociations sur le TTIP avec les USA.

"Nous avons hâte de continuer les négociations avec les USA et de travailler étroitement avec la Commission européenne dans les prochains mois", écrivaient-ils dans cette lettre. "Nous réitérons notre engagement et notre soutien donné à la Commission dans les négociations", ont-ils martelé.

Une réunion des ministres de l'UE chargés du Commerce est prévue le 23 septembre à Bratislava et le TTIP risque d'occuper le cœur des débats. La France a déjà prévenu qu'elle "demanderait à la réunion de Bratislava la fin des négociations".

Négocié depuis mi-2013 par Washington et la Commission européenne, l'accord TTIP (Transatlantic Trade Investment Partnership), vise à supprimer les barrières commerciales et réglementaires de part et d'autre de l'Atlantique. L'objectif est de créer la plus grande zone de libre-échange du monde, censée doper l'activité économique.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés