Publicité

Un télescope capte pour la première fois la naissance d'une planète

La protoplanète (point brillant visible à droit du centre de l'image) a été détectée dans le disque de poussière et de gaz d'une étoile. ©EPA

C'est une première dans le monde scientifique. L'observatoire européen austral (ESO) a dévoilé la première image d'une planète en train de se former.

La nouvelle est susceptible de faire avancer les recherches sur la formation des planètes. L'Observatoire européen austral (ESO) a publié ce lundi la première image d'une planète en train de naître dans le disque de poussière de la jeune étoile PDS 70.

Une géante gazeuse

C'est à une équipe d'astronautes pilotés par un groupe de l'institut Max Planck dédié à l'Astronomie dans la ville allemande d'Heidelberg que l'on doit cette découverte.

1.000 degrés celsius
Température à la surface de la planète
L'équipe scientifique ont indiqué que la température s'approchait des 1.000 degrés celsius à la surface.

Le Very Large Telescope de l'ESO muni de SPHERE, l'un des instruments les plus performants pour chasser les exoplanètes, a permis aux scientifiques de capter l'image d'une planète en train de naître. Elle se situe dans le disque de poussière et de gaz qui entoure l'étoile naine PDS 70.

"Ces disques qui encerclent les jeunes étoiles constituent de véritables cocons planétaires. A ce jour toutefois, seule une poignée d'observations ont conduit à la détection de protoplanètes en leur sein. Jusqu'à présent, la plupart de ces planètes candidates pouvaient n'être que des artefacts du disque", a commenté Miriam Keppler, qui a dirigé l'équipe à l'origine de la découverte de la protoplanète.

Baptisée PDS 70b, la protoplanète est une "géante gazeuse dotée d'une masse supérieure à plusieurs fois la masse de Jupiter", précise l'ESO dans son communiqué. Les équipes ont également rapporté que l'atmosphère du bébé-planète était nuageuse et que sa température à la surface avoisine 1.000 degrés celsius, soit un chiffre nettement supérieur à celui affiché par l'ensemble des planètes du système solaire.

"Nouvelle fenêtre de compréhension"

"Les résultats de Keppler ouvrent une nouvelle fenêtre de compréhension sur les premières étapes de l'évolution planétaire", a indiqué André Müller, chef de la seconde équipe chargée d'étudier la jeune planète.

"Il nous était nécessaire d'observer une planète dans le disque d'une jeune étoile pour réellement comprendre les processus à l'origine de la formation planétaire"
André Müller
Chef de la seconde équipe chargée d'étudier la planète

"Il nous était nécessaire d'observer une planète dans le disque d'une jeune étoile pour réellement comprendre les processus à l'origine de la formation planétaire", a-t-il poursuivi.

La poursuite des analyses de ce phénomène devrait permettre aux scientifiques de mieux appréhender la formation des planètes et de les confronter aux schémas théoriques en vigueur.

Thomas Henning, le directeur de l'Institut Max Planck dédié à l'Astronomie et chef de l'équipe, n'a pu cacher son enthousiasme. "Après plus d'une dizaine d'années consacrées à la fabrication de cet instrument high-tech, SPHERE récolte une moisson de données et découvre des protoplanètes!"

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés