Un transfert qui gêne Angela Merkel

©AFP

Son ex-chef de chancellerie devrait rejoindre le directoire de la Deutsche Bahn. La polémique enfle.

Angela Merkel a tenté lundi de désamorcer une polémique sur la possible arrivée de son ex-chef de la chancellerie au directoire des chemins de fer allemands, en lui demandant indirectement de temporiser avant d'accepter un tel transfert.

La "conviction de fond" d'Angela Merkel est "que de telles passerelles entre économie et politique doivent être possibles", a déclaré lundi Steffen Seibert, le porte-parole de la chancelière, assailli de questions sur l'arrivée annoncée de Ronald Pofalla à la Deutsche Bahn (DB), lors d'une conférence de presse gouvernementale régulière. Cependant, a-t-il ajouté, "il est souhaitable qu'il y ait de la transparence et qu'il y ait une certaine période de retrait entre la fin de l'activité politique et l'exercice d'une autre activité professionnelle".

La chancelière était au courant depuis "fin novembre" d'une "possible activité pour la DB" de celui qui était encore à l'époque chef de la chancellerie mais il s'agissait d'une "possibilité parmi d'autres", selon M. Seibert.

Le président du syndicat des chemins de fer allemands (EVG), Alexander Kirchner, a souhaité que le gouvernement fasse preuve de "clarté" dans cette affaire. "Le gouvernement fédéral et le directoire de DB doivent enfin dire ce qu'il en est", a-t-il déclaré à l'AFP.

L'opposition réclamait également de la "clarté" de la part du gouvernement. "Nous attendons de ce gouvernement et du ministre des Transports Alexander Dobrindt une mise au point, établissant que le gouvernement n'a pas exercé de pressions dans le cadre de nominations individuelles au sein de la DB", a demandé Matthias Gastel, responsable du dossier chemins de fer chez les Verts.

"Ce n'est pas une mince affaire si la plus grande entreprise d'Etat devient un commerce de libre-service pour le monde politique", s'est emportée dans la presse Katja Kipping, l'une des chefs du parti de la gauche radicale Die Linke.

"Le transfert de Pofalla vers la DB est sur la corde raide", titrait lundi le quotidien conservateur Die Welt, affirmant qu'au sein du directoire de l'entreprise publique, l'opposition à une arrivée de Pofalla se renforçait.

Dans les colonnes du journal, le commissaire européen à l'Energie, l'Allemand Günther Oettinger, interrogé au sujet de l'affaire, estimait que les règles imposées aux commissaires à la fin de leur activité - à savoir 18 mois de période de réserve - constituaient un "bon modèle".

Le dossier de l'arrivée de Pofalla au directoire de la DB pourrait être évoqué lors d'une réunion extraordinaire mais prévue de longue date du directoire de l'entreprise, le 30 janvier.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés