Un vice-président européen s'effondre en pleine séance (vidéo)

©AFP

Un vice-président du Parlement européen Georgios Papastamkos s'est effondré mercredi, au milieu d'un vote-marathon de milliers d'amendements sur la politique agricole commune. Il a été emmené à l'hôpital dans un état "grave".

Un député européen grec, Georgios Papastamkos, a été hospitalisé mercredi "dans un état grave" à Strasbourg, après avoir été pris d'un malaise dans l'hémicycle du Parlement européen, où il présidait une séance de votes marathon depuis le "perchoir".

"Je ne peux pas encore vous donner de diagnostic définitif, mais son état est grave", a déclaré aux députés le président du Parlement, Martin Schulz, à la reprise de la séance, moins d'une heure et demie après l'incident.

Le malaise a eu lieu au milieu d'une session de votes qui durait depuis plus de deux heures, sous la houlette de M. Papastamkos, un conservateur de 58 ans, qui est l'un des vice-présidents du Parlement européen.

Vers 14h35, les députés avaient achevé d'examiner les centaines d'amendements déposés sur le projet de réforme de la politique agricole commune, et avaient enfin commencé à examiner les autres textes à l'ordre du jour, lorsque M. Papastamkos a annoncé au micro qu'il devait interrompre la séance. "Il me faut une interruption de trois minutes, pour des raisons personnelles", a-t-il dit. Il s'est alors levé, s'est éloigné de quelques pas et s'est effondré, suscitant des cris de stupeur dans l'hémicycle.

Trois eurodéputés, médecins de profession, se sont immédiatement portés à son secours. Puis l'élu grec a été hospitalisé.

Dans un tweet, la présidente de la commission économique du Parlement Sharon Bowles a exprimé sa "sympathie" avec son collègue, en soulignant que les longues séances de votes étaient épuisantes pour les présidents.

Peu auparavant, les Belges Guy Verhofstadt et Véronique De Keyser s'étaient plaints de la longueur du vote, en réclamant une pause-déjeuner avant la reprise des débats, prévue normalement à 3H00. Mais leur demande d'ajourner la session au lendemain a été rejetée.

D'autres députés avaient jugé scandaleux que le vote soit interrompu, laissant entendre que le travail de député était confortable par rapport à celui des travailleurs qui s'activent "dehors dans la neige".

La séance de vote a été finalement interrompue par les événements et devrait reprendre demain à 11H30. A la reprise des débats, à 16H00, le président du Parlement, Martin Schulz, a informé les députés que M. Papastamkos était dans un état "grave". L'événement doit selon lui amener le Parlement européen à réfléchir à ses propres procédures, qui débouchent souvent sur le dépôts de très nombreux amendements. "Moi-même j'avais refusé de présider la séance de vote sur ce rapport (sur la PAC), parce qu'il était surchargé", a-t-il confié. "Nous devons tous réfléchir à une autre façon de procéder. A la fin d'un vote, on ne sait pratiquement plus sur quoi on vote", a-t-il dit.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés