"Une faille de 18 cm dans une centrale nucléaire, ça ne rassure pas les voisins"

Xavier Bettel, le premier ministre luxembourgeois ©BELGA

Le Premier ministre luxembourgeois a expliqué devant le parlement wallon que les fissures dans les centrales nucléaires belges ne rassuraient pas les Luxembourgeois qui eux, "ont fait le choix de dire non au nucléaire". Il a aussi jugé "honteuse" la durée du trajet en train entre Bruxelles et le Luxembourg.

Le Premier ministre luxembourgeois Xavier Bettel, premier chef d'État à rendre une visite officielle au parlement wallon, a jugé mercredi honteuse la durée de trajet en train entre Bruxelles et Luxembourg, lors de son intervention devant les députés.

"Il est honteux que de nos jours, pour faire Bruxelles-Strasbourg, il vaille mieux passer par Paris que par la ligne directe qui est celle du Luxembourg, et j'aimerais que les engagements soient pris pour que l'on avance à ce sujet", a affirmé M. Bettel à propos de cette ligne ferroviaire que le gouvernement wallon place dans ses priorités à l'égard du fédéral.

Le chef du gouvernement grand-ducal a appelé à la mise en place d'un schéma transfrontalier.

Nucléaire

Il s'est aussi inquiété de la sécurité nucléaire: "quand on apprend une faille de 18 cm dans une centrale nucléaire, ça ne rassure pas vos voisins luxembourgeois, qui ont fait le choix de dire non au nucléaire".

Xavier Bettel a certes souligné que le gouvernement fédéral lui avait garanti toute transparence en la matière, "mais j'espère que nous pourrons trouver tous ensemble d'autres moyens que d'avoir de l'énergie essentiellement par des mécanismes que l'on a du mal à contrôler nous-mêmes".

Soulignant le bénéfice qu'apportent aux deux pays les 40.000 Wallons qui traversent chaque jour la frontière pour aller travailler au Grand-Duché, il s'est dit soucieux des tracasseries administratives et a rappelé le projet d'un parking de délestage à la frontière, accessible à un tarif "attractif".

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect