Publicité
Publicité

Ursula von der Leyen veut rendre son âme à l'Europe

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, lors de son discours sur l'état de l'Union à Strasbourg. ©EPA

Lors de son discours sur l'état de l'Union, Ursula von der Leyen a annoncé plusieurs initiatives pour sortir de la crise sanitaire et renforcer l'autonomie de l'UE.

"L’année à venir sera encore un test. C’est dans ces moments d’épreuves que l’âme se révèle."
Ursula von der Leyen
Présidente de la Commission européenne

Vingt mois après son entrée en fonction, la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a dévoilé ses plans pour l'Europe, mercredi devant le Parlement européen à Strasbourg, à l'occasion de son discours annuel sur l'état de l'Union. Une ambition politique transparaissait, renforcer l'autonomie de l'Europe.

"L’Europe a besoin d’une âme, d’un idéal et de la volonté politique de servir cette âme", a-t-elle lancé, citant Robert Schuman, un des pères de l'Europe. "Mais l’époque du corona n’est pas terminée", a-t-elle averti. "L’année à venir sera encore un test. C’est dans ces moments d’épreuves que l’âme se révèle."

Campagne réussie

"L’Europe est un des leaders mondiaux de la vaccination."
Ursula von der Leyen
Présidente de la Commission européenne

Ursula von der Leyen a promu la campagne vaccinale européenne, "une réussite" malgré des lenteurs initiales. "L’Europe est un des leaders mondiaux de la vaccination", a-t-elle dit. "Plus de 70% de la population adulte est vaccinée. Nous avons livré plus de 700 millions de vaccins aux Européens et plus de 700 millions au reste du monde." Toutefois, elle s'est inquiétée des inégalités de la vaccination entre les États européens.

La présidente de la Commission a souligné le manque de vaccins dans le reste du monde, annonçant un don de plus de 200 millions de doses à l'Afrique d’ici la fin de l’année en plus des 250 millions déjà octroyés au continent le plus pauvre de la planète.

Ursula von der Leyen a promis de muscler l'Europe de la santé, avec "des investissements à hauteur de 50 milliards d'euros d’ici 2027" pour préparer l'Europe à de futures crises sanitaires.

"La croissance de la zone euro dépasse celle des États-Unis et de la Chine au cours du dernier trimestre. Mais ce n’est là que le début."
Ursula von der Leyen
Présidente de la Commission européenne

Défis économiques

La cheffe de l'exécutif européen a salué la reprise économique, plus forte qu'attendu. "La croissance de la zone euro dépasse celle des États-Unis et de la Chine au cours du dernier trimestre", a-t-elle dit, citant le plan de relance européen de 800 milliards d'euros. "Mais ce n’est là que le début", a-t-elle ajouté.

"La part de l’UE a rétréci, nous dépendons des meilleures puces fabriquées par l’Asie."
Ursula von der Leyen
Présidente de la Commission européenne

Ursula von der Leyen a annoncé la présentation la semaine prochaine d'une législation sur les semi-conducteurs pour faire de l'UE un des leaders mondiaux des puces numériques, un secteur aujourd’hui dominé par la Chine.

Rigueur budgétaire

"Les leçons de la crise financière pourraient servir d'avertissement."
Ursula von der Leyen
Présidente de la Commission européenne

Lors de la crise financière de 2008, la Commission avait imposé un retour précipité à la rigueur budgétaire et provoqué une rechute de l'économie européenne. "Les leçons de la crise financière pourraient servir d'avertissement", a dit la présidente de la Commission. "À l'époque, nous avons déclaré victoire trop tôt et nous en avons payé le prix. Nous ne répéterons pas cette erreur."

Un débat sur l'assouplissement des règles budgétaires devrait s'ouvrir prochainement, a-t-elle annoncé.

Changement climatique

"Le rapport du Giec ne laisse la place à aucun doute. Le changement climatique est d’origine humaine, uniquement. Nous pouvons y remédier."
Ursula von der Leyen
Présidente de la Commission européenne

Au-delà de la campagne vaccinale et de la reprise économique, vendues comme des "réussites", de nombreux chantiers européens restent ouverts.

La Commission a l'intention de maintenir le cap climatique, par l’adoption de son plan "Fit for 55" visant la neutralité carbone en 2050. Or ce plan suscite des réticences jusqu'au sein de l’exécutif européen.

"Le rapport du Giec ne laisse la place à aucun doute. Le changement climatique est d’origine humaine, uniquement. Nous pouvons y remédier", a lancé Ursula von der Leyen.

"La Cop 26 à Glasgow sera l’heure de vérité pour la communauté mondiale", a-elle ajouté, en annonçant le versement de 4 milliards d'euros supplémentaires jusqu'en 2027 pour soutenir l'effort climatique fourni par les pays les plus pauvres.

100
millions €
La présidente de la Commission européenne a annoncé le versement de 100 millions d'euros d'aide humanitaire supplémentaire en faveur de l'Afghanistan.

Politique internationale

Avertissant d'un risque "de famine et de désastre humanitaire en Afghanistan", von der Leyen a annoncé le versement de 100 millions d'euros d'aide humanitaire supplémentaire. Cette aide avait déjà été multipliée par 4, pour atteindre 200 millions d'euros en 2021.

Ces promesses masquent mal un échec cuisant de l'UE: la débâcle lors de l'évacuation des troupes et des civils d'Afghanistan menée par les États-Unis. "Comment se fait-il que cette mission se soit arrêtée de manière si soudaine? Les alliés vont devoir répondre à l’Otan", a-t-elle dit.

"À présent, ce qu’il nous faut, c’est une Union de la défense."
Ursula von der Leyen
Présidente de la Commission européenne

La mise en œuvre d'une défense européenne pourrait renforcer la position géopolitique de l'UE. "À présent, ce qu’il nous faut, c’est une Union de la défense", a martelé Ursula von der Leyen. "Mais ce qui nous retient, c’est notre manque de volonté politique."

La présidente de la Commission a annoncé l'organisation d'un sommet sur la défense en 2022, sous présidence française de l'UE. Le défi sera de taille. Depuis l'échec de la politique de défense en 1954, les Européens ne sont jamais parvenus à s'entendre sur cette question.

Ursula von der Leyen a cité des domaines où l'Union agira sur le plan international, comme des investissements accrus dans la région indo-pacifique et une législation pour lutter contre le travail forcé.

La présidente de la Commission a déploré les lenteurs dans le processus d'adoption du pacte sur les migrations. Elle a aussi dénoncé l'instrumentalisation des réfugiés par la Biélorussie.

Valeurs européennes

Évoquant la défense des valeurs européennes, von der Leyen s'est montrée déterminée à poursuivre son combat en faveur de l'État de droit, en particulier son bras de fer avec la Pologne et la Hongrie.

"Nous devons défendre l’âme de l’Europe", a-t-elle dit, annonçant aussi la poursuite des abus contre les communautés LGBT, une législation contre les violences faites aux femmes et la présentation prochaine d'une loi de protection des médias.

Réactions mitigées

Hormis les démocrates chrétiens (PPE), la famille politique d'Ursula von der Leyen, les eurodéputés ont réservé un accueil mitigé à ces propositions.

"L'UE peut devenir un acteur géopolitique mais elle doit s'en donner les moyens."
Philippe Lamberts
Eurodéputé belge, coprésident des Verts

"Je pense que nous n'en avons pas encore fait assez, car la pandémie a exacerbé les difficultés et inégalités d'un modèle économique injuste", a réagi la chef de file des sociaux-démocrates (S&D), Iratxe Garcia Perez.

Le coprésident des Verts, Philippe Lamberts, a dénoncé les incohérences de la Commission sur le front environnemental, en particulier "les dizaines de milliards d'euros de subventions publiques versées chaque année aux énergies fossiles". Il a également déploré "le désastre afghan". "L'UE peut devenir un acteur géopolitique, mais elle doit s'en donner les moyens", a-t-il dit.

Le résumé

  • La présidente de la Commission européenne a prononcé son discours sur l’état de l’Union ce mercredi.
  • Elle souhaite renforcer l’autonomie de l’Europe.
  • L’Europe de la santé sera musclée (50 milliards d’euros d’investissements d’ici 2027) pour faire face à de nouvelles crises sanitaires.
  • Un débat sur l’assouplissement des règles budgétaires devrait s’ouvrir prochainement.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés