Vers une sortie de crise au Portugal ?

©AFP

Le premier ministre a trouvé un" formule" qui devrait assurer la survie du gouvernement portugais. Les détails n'ont pas encore été dévoilés.

Le Premier ministre portugais a annoncé "une formule" qui assure la survie de la coalition de centre-droit au pouvoir, déstabilisée par une grave crise politique qui a inquiété les marchés et les partenaires européens de ce pays sous assistance financière.

"Une formule a été trouvée qui va permettre d'assurer la stabilité du gouvernement", a déclaré Pedro Passos Coelho après un entretien avec le président Anibal Cavaco Silva.

Le Premier ministre n'a pas donné de détails sur cette "formule" indiquant que des discussions avaient encore lieu pour en préciser le contenu.

Pour parvenir à cet accord, M. Passos Coelho a mené dépuis mercredi soir d'intenses négociations avec Paulo Portas, dont la démission du poste de ministre des Affaires étrangères a mis en péril la survie de la coalition de centre-droit, au pouvoir depuis juin 2011.

M. Portas est également le leader du petit parti conservateur CDS-PP, partenaire du Parti social démocrate du Premier ministre et son soutien est indispensable pour que la coalition conserve la majorité au Parlement.

La démission de M. Portas "relève d'une décision personnelle et ne remet pas en cause le soutien du CDS-PP au gouvernement", a affirmé M. Passos Coelho.

"Il faudra trouver un moyen d'assurer le soutien politique du CDS au gouvernement pour en garantir la stabilité", a-t-il dit en ajoutant : "Je dois dire au pays que je ferai tout pour réunir les conditions nécessaires afin que le gouvernement poursuive son travail".

Le Portugal a obtenu en mai 2011 un plan de sauvetage de 78 milliards d'euros en échange d'un programme d'austérité et de réformes dont M. Portas avait critiqué l'extrême rigueur.

Sa démission est intervenue mardi dernier, 24 heures après celle du principal architecte de l'austérité, le ministre des Finances, Vitor Gaspar.
M. Passos Coelho qui dans un premier temps avait refusé la démission de M. Portas a souligné qu'il s'agissait d'une "décision personnelle" qui "ne remet pas en cause le soutien du CDS-PP au gouvernement".

 

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect