"Welcome president", des supporters saluent le retour de Puigdemont

©EPA

Le dirigeant séparatiste catalan Carles Puigdemont est arrivé en Belgique. Il était détenu en Allemagne depuis quatre mois. Il veut continuer à "défendre la juste cause du peuple catalan".

Carles Puigdemont et plusieurs personnalités dont l'actuel leader Quim Torra ont pris la parole, samedi depuis le balcon de la villa de Waterloo où l'ex-leader catalan est de retour. Devant l'immeuble rebaptisé "Casa de la Repùblica", Carles Puigdemont et ses compagnons ont ensuite hissé un drapeau européen et un drapeau catalan, après une demi-heure de discours marqués par les applaudissements de soutien de plus de 150 personnes.

Carles Puigdemont est ensuite sorti de la propriété pour un petit bain de foule durant lequel il a salué ses supporters et s'est notamment prêté au jeu des selfies. L'ensemble des discours se sont tenus en catalan, à l'exception de celui de l'avocat de Carles Puigdemont. En anglais, après avoir commenté la décision prise en Allemagne qui reconnait la nature pacifique du mouvement d'indépendance de la Catalogne, l'avocat a notamment réclamé de la part du gouvernement de Pedro Sanchez une reprise des discussions après libération immédiate de "neuf personnes pacifiques entièrement innocentes".

©BELGA

  "Je n'ai pas de doute, j'assiste à la naissance d'une nation", a également indiqué l'avocat en suscitant les applaudissements nourris des supporters catalans réunis à Waterloo. A la fin de son discours qui a duré environ cinq minutes, Carles Puigdemont a également réclamé que soient libérés ses compagnons de lutte, citant nommément chacun de ceux qui sont actuellement toujours derrière les barreaux.

Après avoir hissé les drapeaux européen et catalan devant la villa de la rue de l'Avocat, les intervenants se sont avancés à l'entrée de la propriété pour reprendre en choeur avec leurs supporters un chant catalan. Carles Puigdemont est ensuite sorti pour un bain de foule de plusieurs minutes, prenant le temps de discuter avec ses supporters et de se prêter au jeu de nombreux selfies.

L'ancien président de la Catalogne Carles Puigdemont a quitté l'Allemagne, ce samedi. De passage à  Bruxelles, le dirigeant séparatiste y a donné une conférence de presse.

Il a promis de continuer à "défendre la juste cause du peuple catalan". "Ce n'est pas la fin du voyage. Je voyagerai jusqu'au dernier recoin de notre continent pour défendre la juste cause du peuple catalan", a déclaré en anglais M. Puigdemont.

Le politicien de 55 ans était retenu en Allemagne depuis quatre mois. Il avait été arrêté en mars dernier dans le nord du pays alors qu'il revenait d'une réunion au Danemark. Depuis plusieurs mois, l'Espagne cherchait à extrader l'ancien dirigeant catalan - ainsi que cinq autres dirigeants indépendantistes - d'Allemagne et le juger pour "rébellion", un délit passible de 25 ans de réclusion.

Berlin s'était déclarée favorable à son extradition, mais uniquement pour détournement de fonds publics. Mais cela, l'Espagne n'en voulait pas et avait annulé par conséquent les mandats d'arrêt internationaux requis contre Puigdemont et ses cinq collègues. Ceux-ci seront toutefois arrêtés s'ils se présentent en Espagne.

Comme l'Espagne avait retiré son mandat d'arrêt contre l'ex-président de la Catalogne, ce dernier pouvait rentrer en Belgique, plus précisément à Waterloo, où il loue une villa.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect