Jean-Pierre Bemba libéré provisoirement

Jean-Pierre Bemba, en mars 2016, lors de son procès à la CPI de La Haye. ©ANP

La Cour pénale internationale (CPI) a ordonné mardi la libération provisoire de l'ancien vice-président et sénateur congolais Jean-Pierre Bemba, acquitté à la surprise générale vendredi dernier de crimes de guerre et de crimes contre l'humanité commis par ses troupes en Centrafrique.

Jean-Pierre Bemba avait été condamné en première instance en 2016 à 18 ans de prison en première instance, la peine la plus lourde jamais prononcée par la CPI, pour les meurtres, viols et pillages commis en Centrafrique par sa milice le Mouvement de Libération du Congo (MLC), une rébellion soutenue par l'Ouganda, entre octobre 2002 et mars 2003.

Bien qu'acquitté vendredi dernier en appel, le Congolais n'a pas été libéré en raison d'une autre condamnation dans une affaire annexe dont la procédure est encore en cours. Mais ce mardi, à l'issue d'une audience qualifiée d'urgente par la Cour qui siège à La Haye, la 6ème chambre de la CPI a signifié sa libération provisoire.

Direction la Belgique

Cette libération se fait "sous conditions spécifiques", explique la Cour. Autrement dit, l'ancien vice-président congolais doit "s'abstenir de faire des déclarations publiques sur cette affaire, ne pas changer d'adresse sans préavis, ne contacter aucun témoin dans cette affaire et se rendre immédiatement aux autorités compétentes si la Chambre de première instance l'exigeait"

Jean-Pierre Bemba devrait rejoindre son épouse et ses cinq enfants installés en Belgique, selon ses avocats. 

Le procès du Congolais, qui s'est ouvert à La Haye en novembre 2010, était le premier de la CPI mettant en avant la responsabilité d'un commandant militaire quant à la conduite des troupes sous son contrôle.

 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content