Le président d'un bureau de vote assassiné au Mali

©AFP

Alors que huit millions de Maliens étaient appelés aux urnes ce dimanche pour le second tour de l'élection présidentielle, le président d'un bureau de vote a été assassiné.

Le président d'un bureau de vote assassiné au sud de Tombouctou. Il a été tué par balles par des hommes armés, ont indiqué à l'AFP des sources sécuritaires et un élu local.

"Des jihadistes sont venus vers 13 heures 30 dans un bureau de vote d'Arkodia. Le président du bureau de vote a voulu fuir. Les jihadistes ont tiré sur lui et l'ont tué", a indiqué un élu de cette localité située à quelque 100 km au sud-ouest de Tombouctou, notant que les assaillants ont "interdit le vote". "Six personnes sont entrées dans le bureau de vote et ont assassiné le président", a confirmé une source proche de la police malienne.

Plus de huit millions de Maliens étaient appelés aux urnes dimanche pour élire leur président lors d'un second tour placé sous haute sécurité, même si la victoire du chef de l'Etat sortant Ibrahim Boubacar Keïta était pour beaucoup déjà acquiuse.

Malgré la pluie dans plusieurs régions, les bureaux de vote ont commencé à ouvrir comme prévu à 08H00 (GMT et locale). Les 23.000 bureaux devaient fermer à 18H00, les résultats étant attendus dans quatre ou cinq jours.

Lors du premier tour le 29 juillet, quelque 3% des bureaux de vote étaient restés fermés en raison de violences, empêchant près de 250.000 Maliens de se rendre aux urnes, surtout dans le Centre et le Nord.

Cette fois, quelque 36.000 militaires maliens, soit 6.000 de plus qu'au premier tour, sont mobilisés pour sécuriser le scrutin avec l'aide des Casque bleus de la Minusma, des forces françaises de l'opération Barkhane et, dans le Nord, où l'Etat est peu ou pas présent, de groupes armés signataires de l'accord de paix.

Malgré cela, le vote n'a pas pu avoir lieu dans le village de Kiname, à 120 km de Tombouctou (nord), où "des hommes armés sont venus et ont emporté tout le matériel électoral au bord du fleuve et l'ont incendié, avant de repartir", a déclaré un habitant joint par l'AFP. Selon des informations de médias locaux, non confirmées officiellement, d'autres bureaux sont restés fermés.

Mais avant même l'ouverture des bureaux de vote, dans la nuit de samedi à dimanche, le camp de l'opposant Soumaïla Cissé, en lice face au président sortant, a affirmé qu'une fraude était en préparation.

"Cela fait trois jours qu'on apprend que des bulletins de vote circulent dans le pays", a déclaré à l'AFP le chef de la campagne de M. Cissé, Tiébilé Dramé. Lors d'une conférence de presse nocturne, il a exhibé un carnet de cinquante bulletins "saisi" sur un "agent de Bamako" chargé de leur distribution. "Ces bulletins devraient être sous scellés et ouverts seulement en présence des assesseurs, des délégués et des mandataires des candidats", a-t-il ajouté.

Ibrahim Boubacar Keïta, candidat à sa réélection dimanche, a lui mis en garde contre les "manoeuvres" et "mises en scène" de fraude électorale, quelques heures plus tard. "Il est des manoeuvres dont nous savons qu'elles sont à l'oeuvre pour faire croire que nous serions dans une logique de fraude", a-t-il déclaré après avoir voté dans un quartier défavorisé de Bamako.

"Comment frauder quand on a l'assurance de l'estime de son peuple? Pourquoi essayer de frauder?", a ajouté le président, surnommé "IBK".

La tension était déjà montée samedi lorsque les services de renseignements maliens ont arrêté trois membres d'un commando, qualifié de "groupe terroriste", au moment où il "planifiait des attaques ciblées à Bamako pendant le weekend".

La nature de ces attaques n'a pas été précisée, mais les trois Maliens sont soupçonnés d'être les auteurs d'un braquage contre un péage qui avait fait trois morts en octobre 2016 à une trentaine de kilomètres de Bamako.

Les 23.000 bureaux de vote doivent ouvrir de 08H00 à 18H00 (GMT et locale) dans cet immense pays du Sahel toujours confronté à la menace jihadiste malgré cinq ans d'interventions militaires internationales, les résultats étant attendus dans quatre ou cinq jours.

Le vainqueur, qui entrera en fonction début septembre, aura la lourde tâche de relancer l'accord de paix conclu en 2015 par le gouvernement et l'ex-rébellion à dominante touareg, dont l'application accumule les retards. L'accord avait été signé après l'intervention de l'armée française qui, en 2013, avait repris le contrôle du nord du Mali, où les jihadistes avaient instauré la charia pendant un an.

Lors du premier tour, le 29 juillet, 871 bureaux (plus de 3%) étaient restés fermés en raison de violences, empêchant près de 250.000 Maliens de voter, surtout dans le Centre et le Nord.

Sécurité renforcée

Cette fois, quelque 36.000 militaires maliens, soit 6.000 de plus qu'il y a 15 jours, seront mobilisés afin de "renforcer" la démocratie et "crédibiliser le processus à travers une participation massive de la population", selon Cheick Oumar Coulibaly, un conseiller du Premier ministre Soumeylou Boubeye Maïga.

Le chef du gouvernement s'est lui-même rendu samedi à Mopti pour vérifier si "tout est en place" dans cette région en proie à des violences ethniques attisées par des groupes jihadistes.

L'armée malienne sera à nouveau appuyée par les Casques bleus de l'ONU, les forces françaises de l'opération Barkhane et, dans le Nord, où l'Etat est peu ou pas présent, par des groupes signataires de l'accord de paix.

L'UE, premier bailleur international du Mali, a réclamé un accès garanti à tous les centre de vote pour les électeurs. Grâce aux renforts militaires, ses observateurs vont cette fois pouvoir suivre le déroulement du vote à Gao (Nord), mais toujours pas à Tombouctou et Kidal (Nord), ni Mopti.

Le scrutin, déterminant pour l'avenir du Sahel, se tient dans une relative indifférence de la population, fatiguée par plus de six ans de violences jihadistes et ethniques et dont près de la moitié vit sous le seuil de pauvreté malgré un taux de croissance supérieur à 5% depuis plusieurs années.

Les dés sont jetés

"Personnellement, je n'irai pas voter", expliquait samedi un vendeur de voitures, Mamadou Traoré, pour qui l'opposant Soumaïla Cissé n'a "aucune chance".

Grand favori pour décrocher à 73 ans un deuxième mandat de cinq ans, M. Keïta avait récolté 41,70% des suffrages au premier tour, contre 17,78% pour son opposant Soumaïla Cissé, un ancien ministre des Finances de 68 ans qui n'a pas su unir l'opposition pendant l'entre-deux tour.

"Pour beaucoup, avec cet écart, les dés semblent être jetés", estime le juriste Aboubacar Traore.

La "mobilisation massive", appelée par M. Cissé, est peu probable, la participation n'ayant été que de 42,70% au tour précédent.

L'affiche manque également cruellement de nouveauté: les deux finalistes ont milité dans le même parti dans les années 1990 puis fait partie des mêmes gouvernements. Ils s'étaient déjà affrontés en 2013, M. Keïta l'emportant à plus de 77%.

"Ce sont les mêmes. IBK ou Soumaïla, rien ne va changer", déplore un commerçant, Boubacar Traoré, qui s'abstiendra. Originaire de Tombouctou, Mohammed Ag Ibrahim, votera lui pour l'opposition. "IBK avait dit en 2013 qu'il allait régler le problème du Nord, mais il n'a rien fait!", accuse-t-il.

Quant au chauffeur de taxi Moussa Koulibaly, il cochera le nom d'"IBK", reprochant à M. Cissé d'avoir voulu "créer une crise" en contestant en justice son score du premier tour.

Lire également

Contenu sponsorisé

Partner content