Publicité

Hugo Chavez est décédé

©AFP

Le président vénézuélien Hugo Chavez est mort après un combat de deux ans contre un cancer, a annoncé mardi le vice-président Nicolas Maduro à la télévision.

"Nous avons reçu l'information la plus éprouvante et la plus tragique que nous puissions annoncer à notre peuple. A 16H25 (20H55 GMT) aujourd'hui 5 mars, est mort notre commandant président Hugo Chavez Frias", a déclaré M. Maduro.

Depuis la veille, l'incertitude planait sur le sort du président, hospitalisé dans un établissement militaire de la capitale. Il luttait depuis juin 2011 contre un cancer dans la zone pelvienne et son état de santé s'était aggravé ces dernières heures, selon le gouvernement.

Au pouvoir depuis 1999, Hugo Chavez avait été réélu pour un nouveau mandat de six ans en octobre, avant d'être à nouveau opéré le 11 décembre à Cuba, pour la quatrième fois. Il n'était plus jamais apparu en public depuis.

Plus tôt dans la journée,  le vice-président vénézuélien a accusé  les ennemis "impérialistes" d'Hugo Chavez d'avoir transmis au chef de l'Etat le cancer et reconnu que le "Comandante" traversait les heures les plus difficiles de son combat contre la maladie.

"Nous n'avons aucun doute sur le fait que le Comandante Chavez a été attaqué avec cette maladie. Les vieux ennemis de notre patrie ont cherché un moyen de nuire à sa santé", a déclaré le vice-président lors d'un Conseil des ministres extraordinaire diffusé en direct à la télévision nationale.

Il a fait le rapprochement entre la maladie de Chavez et les accusations portées contre des agents israéliens, accusés d'avoir empoisonné en 2004 le défunt leader palestinien Yasser Arafat.

Des ministres et de hauts responsables militaires vénézuéliens se sont réunis au palais présidentiel de Caracas à la suite de l'annonce officielle de la dégradation de l'état de santé du chef de l'Etat.

"Ce sont les heures les plus difficiles depuis son opération (...) mais notre responsabilité suprême est de continuer à dire la vérité au peuple", a dit encore Nicolas Maduro.

Le vice-président, présenté comme l'héritier de Chavez, a annoncé l'expulsion de l'attaché diplomatique américain, qu'il a accusé de tenter d'encourager un complot militaire contre le président vénézuélien.

Lundi soir, le gouvernement avait fait savoir que les problèmes respiratoires d'Hugo Chavez s'étaient aggravés et que le président vénézuélien souffrait d'une nouvelle et sévère infection pulmonaire.

Cette nouvelle a incité plusieurs dizaines de partisans du président à venir prier pour son rétablissement mardi matin dans la chapelle de l'hôpital militaire de Caracas où le "comandante" est soigné depuis son retour de Cuba il y a deux semaines.

Dans un bref communiqué lu par le ministre de l'Information Ernesto Villegas, le gouvernement a ajouté que l'état de santé du président socialiste au pouvoir depuis 1999 restait "très délicat".

"Il y a aujourd'hui une dégradation de ses fonctions respiratoires. Il y a maintenant une nouvelle et sévère infection, liée à la fragilité du système immunitaire", a déclaré Ernesto Villegas.

"ÉTAT TRÈS DÉLICAT"

"Le président subit une chimiothérapie à l'effet significatif, ainsi que d'autres traitements complémentaires (...) Son état général continue d'être très délicat", a dit le ministre.

L'état de Hugo Chavez a connu de multiples complications depuis son opération du 11 décembre à La Havane, dont une hémorragie et une première infection respiratoire qui, selon les autorités, a pu être contrôlée.

"Le commandant-président continue de s'accrocher au Christ et à la vie, conscient des difficultés qu'il affronte, et appliquant strictement le programme élaboré par son équipe médicale", a ajouté Ernesto Villegas.

Depuis son opération et son retour à Caracas, le 18 février, le chantre de la "révolution bolivarienne" n'a fait aucune déclaration en public. Hormis quelques photographies diffusées il y a une semaine, il n'a pas non plus été vu en public.

Selon le gouvernement, le président ne peut guère s'exprimer oralement car il respire par un tube dans la trachée, mais il continue de donner par écrit des instructions à ses ministres.

Largement réélu en octobre, après d'être déclaré lui-même guéri, Hugo Chavez n'a pu prêter serment le 10 janvier comme le prévoyait la Constitution. Mais le Tribunal suprême a validé le report de la cérémonie d'investiture en soulignant que Chavez était déjà président élu et qu'il n'y avait pas interruption de la continuité du pouvoir.

Dans le cas d'un décès ou d'une démission, des élections devraient être organisées dans les trente jours pour élire un successeur.

Des étudiants organisent périodiquement des manifestations dans tout le pays pour demander des preuves que le chef de l'Etat est toujours en vie.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés