Attentat meurtrier au coeur de Bangkok: un suspect recherché

©Photo News

L'explosion d'une bombe a fait au moins 19 morts et plus d'une centaine de blessés près d'un sanctuaire en plein centre de la capitale thaïlandaise, une zone très fréquentée, y compris par les touristes étrangers.

Une bombe a explosé lundi soir dans le centre touristique de Bangkok, faisant au moins 21 morts et 123 blessés, selon le dernier bilan établi par la police. Les médias locaux parlent quant à eux d'au moins 27 morts.

Alors qu'une moto piégée avait été évoquée, un des chefs de la police nationale, Somyot Poompanmuang, a précisé que la bombe, composée d'un tuyau bourré d'explosif, avait été déposée à l'intérieur du sanctuaire d'Erawan.

• La police recherche un "suspect" identifié grâce aux images de vidéo-surveillance.

©AFP

Peu après le drame, plusieurs corps démembrés étaient visibles sur les lieux de l'explosion à l'extérieur du temple, situé en plein coeur de la capitale thaïlandaise, au milieu d'immenses centres commerciaux et des gratte-ciels.

"Je peux confirmer qu'il s'agit d'une bombe, mais je ne peux pas dire de quelle sorte, nous vérifions", a indiqué le porte-parole de la police Prawut Thavornsiri.

Ce lieu est un sanctuaire très populaire dédié au dieu hindou Brahma, mais visité par des milliers de fidèles bouddhistes chaque jour. Il est situé sur l'une des plus grandes avenues du centre de Bangkok. C'est un lieu très fréquenté par les touristes, principalement en provenance de Chine et de Taiwan.

De nombreuses forces de police et ambulances étaient présentes sur les lieux après l'explosion de la bombe vers 19 heures heure locale. Les forces de sécurité tentent de déterminer la possible présence d'une deuxième bombe, a-t-on appris auprès d'un soldat participant aux opérations.

L'attentat n'a pas été revendiqué pour l'instant.

Deux hypothèses:

- La Thaïlande est confrontée à une insurrection islamiste de moyenne intensité qui opère essentiellement dans le sud du pays.

- Le pays est aussi en proie, depuis une dizaine d'années, à de violentes rivalités entre factions politiques rivales.

Le pays reste tendu et profondément divisé après près d'une décennie de troubles politiques, conclus par deux coups d'Etats. L'ancien Premier ministre Thaksin Shinawatra, qui s'est exilé pour fuir des poursuites judiciaires, et toute sa famille sont notamment au coeur des fractures du royaume. Ils ont remporté toutes les élections depuis 2001, mais il est détesté par l'élite, notamment de Bangkok.

Depuis mai 2014, la Thaïlande est gouvernée par la junte militaire, qui a pris le pouvoir pour mettre fin à des mois de manifestations meurtrières contre l'ancien gouvernement élu.

Le sud de la Thaïlande est en proie à un conflit, oublié sur la scène internationale, qui a fait plus de 6.300 morts depuis 2004, frappant indistinctement bouddhistes et musulmans, soldats et civils, dans cette région rattachée à la Malaisie jusqu'au début du vingtième siècle.

Les attentats y sont fréquents mais il n'y a jamais eu une attaque confirmée à l'extérieur de cette région malgré les années de guerre.


 

Lire également

Contenu sponsorisé

Partner content